Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Travaux & Rénovation > Faire poser une porte d'entrée : conseils et coût

Faire poser une porte d'entrée : conseils et coût

Faire poser une porte d'entrée : conseils et coût

La qualité d’une porte d’entrée est un élément essentiel de votre logement. En plus d’assurer votre protection contre les intrusions (80 % des cambrioleurs passent par la porte d’entrée), elle isole la maison contre le froid et limite les déperditions de chaleur. Si vous avez prévu de faire poser une nouvelle porte d’entrée, voici quelques clés pour éclairer votre choix et savoir quel budget prévoir.

Faire appel à un professionnel : le bon choix !

Votre porte doit être résistante, isolante, maniable et esthétique. Pour un résultat optimal, la pose d’une porte d’entrée demande un certain savoir-faire. Faire appel à un professionnel est la garantie d’un travail rapide, bien fait et garanti. La qualité et la précision de la pose assurent la fiabilité et la longévité d’une porte, ce qui n’est pas un détail. Un pro pourra répondre à toutes vos attentes en terme de sécurité et d’isolation. Et si vous avez besoin d’une porte sur-mesure, il pourra en assurer la pose y compris dans les cas les plus complexes. N’hésitez pas à demander plusieurs devis avant de choisir l’entreprise qualifiée de vos rêves. Et n’oubliez pas que passer par un professionnel certifié RGE vous ouvre la porte… aux aides prévues dans le cadre des travaux d’isolation et de la rénovation énergétique. Votre budget final en sera allégé.

5 bonnes raisons de faire poser une nouvelle porte d’entrée :

Dans le cadre d’une construction neuve, la question ne se pose pas. Mais si vous êtes déjà installé ou que vous venez d’acquérir une maison ancienne, vous hésitez peut-être à faire changer la porte ? Voici quelques indices qui montrent la nécessité d’une nouvelle porte d’entrée.

1 - L’usure du temps a fait son œuvre

Quel que soit le matériau de votre porte, il est sensible à l’usure provoquée par la chaleur, les intempéries… et le temps qui passe. Le bois se déforme, le PVC se fissure… Toutes les portes perdent peu à peu leur résistance et deviennent au fil du temps de moins en moins fiables.

2 - Votre porte n’est pas assez isolante

Même si elle semble encore en bon état général, votre porte est peut-être mal isolante. Passez la main sur le pourtour de votre porte ; si l’air passe, l’étanchéité est défaillante. Une porte d’entrée à elle seule peut être responsable de 10 % des déperditions de chaleur d’une maison. La vétusté d’une porte n’est d’ailleurs pas seule en cause ; une porte de mauvaise qualité ou mal posée n’est pas assez isolante. Vous aurez avantage à la remplacer par une porte récente, dont les performances isolantes ont nettement évolué ces dernières années.

3 - La sécurité laisse à désirer

Voici un petit test à faire pour vérifier la fiabilité de votre porte d’entrée. A la tombée de la nuit, quand votre maison est éclairée, sortez pour vérifier combien de lumière apparaît autour de votre porte. Idéalement, la porte d’entrée est aveugle. Mais si la bordure lumineuse est trop importante, c’est que votre porte ne joue plus son rôle de protection. Non seulement elle n’est plus étanche au froid, mais surtout sa vétusté démontre une certaine fragilité.

4 - Son aspect esthétique ne vous convient pas

Eh oui, la porte d’entrée est le lieu d’accueil de votre maison ! Il ne suffit pas qu’elle soit solide et isolante. Encore faut-il qu’elle soit chaleureuse et en harmonie avec l’architecture du logement. Si vous jugez votre porte inesthétique ou pas assez accueillante, n’hésitez pas à faire poser une porte d’entrée plus conforme à vos attentes.

5 - Votre porte n’est pas adaptée aux mobilités réduites

Peut-être un membre de votre foyer a t’il des difficultés de déplacement, temporaires ou liées à l’âge ou un handicap. De nombreuses portes anciennes, trop étroites ou inadaptées, rendent compliqué l’accès d’un fauteuil roulant. Dans ce cas, faites poser une porte neuve ! Elle rendra plus facile la vie des habitants de la maison.

Soyez vigilant à certains éléments de votre porte

Une porte d’entrée se compose de plusieurs éléments : un dormant (les huisseries), qui est le cadre fixé au gros œuvre ; un vantail (ouvrant), qui est la partie mobile ; un seuil ; une poignée et une serrure ; des paumelles (les gonds), qui permettent au vantail de pivoter. Chacun de ces éléments a son rôle à jouer et son importance dans le bon fonctionnement de la porte. Mais d’autres éléments sont à prendre en considération…

Les dimensions de la porte

De nos jours, les dimensions des portes d’entrée sont standardisées, ce qui vous simplifie les choses. Une porte peut se présenter avec un seul vantail (le plus fréquent) mais aussi à deux vantaux ou surmontée d’un imposte. La taille de porte à un vantail la plus courante est de 215 x 90 cm, avec une épaisseur d’au moins quatre centimètres.

Si vous souhaitez une porte aux normes PMR (pour une personne à mobilité réduite), elle doit faire au moins 90 cm de largeur, avec un passage utile d’au moins 83 cm. Cette norme est obligatoire dans les logements neufs depuis 2007, mais les logements anciens ont des tailles de portes plutôt variées.

La poignée et la serrure

Le choix de la poignée et du type de verrouillage de votre porte d’entrée est un point sérieux de vigilance. Il existe différents types de poignées : sur rosace, sur plaque et avec barres de tirage. Et différents matériaux : acier inoxydable, aluminium, fer brossé, de tous styles esthétiques. La serrure est composée de cinq éléments : le pêne (la partie mobile qui permet d’ouvrir et fermer), la gâche (élément face qui accueille le pêne), le cylindre (qui reçoit la clé), la têtière (partie visible qui se fixe dans la porte) et les tringles. (tiges de métal fixées dans la porte).

Pour la serrure, trois méthodes de pose sont possibles : en applique (visible), à encastrer (dans la porte) ou carénée (serrure en applique dont les tringles sont dissimulées dans un coffre).

En fonction du niveau de sécurité voulu, précisez le système de fermeture. Une serrure à un point est moins performante qu’une serrure multipoints. Optez pour une serrure à 3 ou 5 points, voire 7 pour les portes les plus hautes. Le mode de verrouillage sera automatique ou manuel. Les portes les plus récentes proposent un verrouillage à la carte, à code ou biométrique.

Le sens d’ouverture

Une porte d’entrée s’ouvre vers la droite ou vers la gauche. Le choix du « poussant gauche » ou « poussant droit » se fait en fonction du dégagement intérieur et de la distribution des pièces. Une porte d’entrée se repousse le plus souvent contre un mur. Mais dans une logement ancien, si la porte ouvre au milieu d’une pièce à vivre, il faut ternir compte du sens naturel de circulation des personnes et de la manière dont les autres pièces ou escaliers communiquent avec la pièce d’entrée.

Choisissez parmi les différents matériaux

Le choix de matériaux est large. Vous pourrez faire votre choix en fonction de vos goûts, du style de votre maison et de votre budget. Acier, bois, PVC, aluminium, avec ou sans vitre… Comment choisir ?

Le plus naturel : le bois

Naturellement isolant, chaleureux et élégant, le bois a la côte. Pour une meilleure sécurité, une porte en bois peut être renforcée d’un cadre acier. Son isolation peut être complété par une couche d’un matériau isolant de type mousse. Le bois demande un entretien régulier. Pour le protéger efficacement, pensez à refaire sa couche de peinture tous les 5 à 10 ans, en fonction du climat de votre région.

Le plus costaud : l’acier

C’est le choix de la solidité à toute épreuve et d’une esthétique sobre et moderne. L’acier peut se marier avec le bois, intégrer une vitre, s’orner de divers motifs… De plus c’est un matériaux très isolant. A éviter néanmoins en bord de mer, où l’air salé causerait sa corrosion rapide.

Le plus économique : le PVC

Résistant, facile d’entretien et bon isolant, le PVC a aussi de quoi séduire par son petit prix. Néanmoins il peut être prudent de choisir un modèle renforcé en acier et bénéficiant d’un isolant supplémentaire.

Le plus moderne : l’aluminium

C’est un matériau résistant et facile à entretenir. Les UV et intempéries n’en viennent pas facilement à bout. De plus il se décline dans toutes sortes de finitions et couleurs, ornée de motifs ou intégrant un vitrage… Il y en a pour tous les goûts. Son point faible est qu’il est moins isolant. Pour palier à cela, il suffit de choisir un modèle à double paroi intégrant une couche isolante.

Le plus lumineux : le verre

Une porte d’entrée vitrée est une idée lumineuse dans le cas d’un intérieur sombre ! Tout aussi résistante qu’une porte pleine, elle donne un aspect accueillant à votre entrée. Le verre est souvent combiné avec un autre matériau, bois, PVC ou aluminium. Évitez cependant de choisir une porte vitrée si votre entrée est plein sud ; l’effet de fournaise vous le ferait regretter.

Neuf ou rénovation : quel type de pose ?

Il existe trois manières de poser une porte d’entrée. La pose en feuillure est pratiquée généralement dans les maisons anciennes. La pose en tunnel est plus courante dans les logements neufs, également dans des logements anciens aux murs épais. Enfin, la pose en applique permet d’installer le bloc-porte sur la face intérieure du mur, méthode utilisée dans les maisons neuves ou en rénovation.

Logement neuf ? Simplicité

Dans le neuf, la pose d’une porte d’entrée est simple et rapide. Elle est généralement posée en tunnel ou en applique, selon si la construction est isolée de l’extérieur ou par l’intérieur.

Rénovation ? Adaptation

Le type de pose varie selon que vous pouvez réutiliser le cadre existant ou pas. Si le cadre d’origine est en bon état, il sera rapide d’y monter un dormant. Un habillage viendra finir la pose pour cacher le cadre ancien. Mais si le cadre est vétuste, il faudra poser un bloc-porte complet. Dans le bâti ancien, il est fréquent que de vielles portes ne soient pas aux dimensions standard. Il faut alors mette le cadre à la taille voulue, ce qui suppose des travaux de préparation à la pose de la porte. Une autre solution est de faire poser une porte sur-mesure, parfaitement adaptée aux dimensions de l’ouverture.

Sachez évaluer le pouvoir isolant d’une porte d’entrée

  • L’isolation thermique d’une porte d’entrée est mesurée par le coefficient de performance thermique Ud. Un excellent coefficient Ud est inférieur à 1,4.
  • Une classification A (pour les plus isolantes) à F vous informe sur la performance thermique de votre porte.
  • L’étanchéité de la porte fait l’objet d’un autre classement, selon trois critères. Il mesure la perméabilité à l’air (A), l’étanchéité à l’eau (E) et la résistance au vent (V). Précisons que l’objectif recherché en terme d’étanchéité peut être différent selon le climat de votre région et l’implantation géographique de votre habitation.

Dans le cadre d’une rénovation énergétique, la performance thermique de la porte d’entrée fait partie des éléments de calcul de la performance globale du bâtiment. On recherchera une porte compatible RT 2012 pouvant atteindre un coefficient Ud inférieur à 1,8 W/m2, avec une étanchéité à l’air de classement minimum A3.

  • L’isolation acoustique se mesure par l’indice d’affaiblissement acoustique Rw, en décibels. Si votre nouvelle porte atteint un coefficient Rw de 28 à 33 dB, c’est un très bon résultat. Ai delà de 33, vous frisez la perfection ! Dans le cadre d’une porte d’entrée vitrée, par exemple, un bon coefficient s’obtient par le choix d’un double vitrage.

Combien coûte la pose d’une porte d’entrée ?

Le principal élément de variation des coûts est le type de matériaux retenu. D’autres paramètres jouent sur le budget final, comme la nécessité de travaux de préparation ou le choix d’un format de porte standard ou sur-mesure…

Le prix varie selon le matériau choisi

Le prix total de la pose peut ainsi varier de 200 à 5000 euros !

  • Le moins cher est le PVC (200 à 2000 euros).
  • Une porte en bois oscille entre 200 et 4000 euros.
  • La porte vitrée est à peu près dans la même fourchette.
  • Les portes métalliques sont plus chères. Pour une porte alu, il vous en coûtera de 500 à 4000 euros.
  • Si vous souhaitez une porte blindée, les tarifs varient de 600 à 4000 euros.
  • Le budget le plus élevé est à prévoir dans le cas d’une porte sur-mesure, oscillant entre 2000 et 5000 euros.
  • Pour dépenser le moins possible, il vous faut choisir une porte de dimensions standardisées, en PVC ou bois entrée de gamme et au design basique. Ce type de porte ne coûtera pas plus de 200 euros, auxquels il faut ajouter le coût de la pose.
  • Le temps passé par un artisan varie selon la complexité de la pose : une ou deux heures pour un logement neuf, quatre heures en moyenne dans les autres cas.

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt

La pose d’une porte d’entrée neuve vous donne droit au CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique), à condition que votre nouvelle porte améliore l’isolation thermique ou vous m’émette d’économiser de l’énergie. Vos travaux doivent concerner votre habitation principale (achevée depuis plus de deux ans) et effectués par un artisan labellisé RGE.

 
 

Devis gratuit en moins de 5 mn
Sélection des meilleurs artisans près de chez vous

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 8JnLhS

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires