Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Travaux & Rénovation > Faire construire un garage : conseils et coût

Faire construire un garage : conseils et coût

Faire construire un garage : conseils et coût

Il y a de ça quelques années, le garage restait l’incontournable de la construction neuve. Les ménages ne possédaient encore qu’un véhicule et l’usage du garage était bien de l’y rentrer chaque soir pour le protéger des intempéries, du soleil ou de la lune.

ujourd’hui, chaque membre majeur du ménage possède un véhicule et l’usage du garage a évolué. Avant d’entamer sa construction, il est donc nécessaire de bien identifier sa destination : est-ce pour y garer la ou les voitures ? pour y stocker du matériel d’extérieur ? pour y bricoler ? pour y envisager plus tard une nouvelle pièce à vivre ? Faut-il donc y prévoir une arrivée d’eau ? l’électricité ? le chauffage au sol ? Ce sont tout autant de questions qu’il est primordial d’étudier en amont pour ajuster ensuite le projet et le budget à vos besoins réels. Voici nos conseils.

Se conformer aux règles d’urbanisme

Une fois votre projet bien défini, il faudra s’assurer qu’il soit en conformité avec les règles d’urbanisme de la commune, définies par un PLU (Plan Local d’Urbanisme) ou par un POS (Plan d’Occupation des Sols).

Déposer une demande en mairie

Dans le cas d’une construction d’un garage d’une superficie allant de 5 à 20m², le seul dépôt d’une demande préalable de travaux suffira pour que la mairie de la commune puisse s’assurer du bon respect des règles d’aménagement du territoire en vigueur.

En revanche, pour toute construction d’un garage répondant à ces trois critères, le dépôt d’une demande de permis de construire sera obligatoire :

  • Dans le cas d’une construction de plus de 20m² sur une zone couverte ni par un PLU, ni pas un POS ;
  • Dans le cas d’une construction de plus de 40 m² sur une zone couverte par un PLU ou par un POS ;
  • Dans le cas d’une construction de superficie comprise entre 20 et 40m² faisant dépasser la superficie au sol totale de l’habitation au-delà de 150m².

Il est bon d’anticiper sa demande en mairie puisque celle-ci disposera d’un délai d’instruction et de réponse d’un mois pour une demande préalable de travaux et de deux mois pour une demande de permis de construire. Le principe du « silence vaut accord » s’applique désormais, ce qui signifie que l’absence de réponse de la mairie passé le délai cité vaut un accord de sa part concernant votre projet.

Il faudra ensuite afficher votre projet de façon à ce qu’il soit visible et connu du voisinage qui dispose de deux mois pour s’y opposer, sur un motif autre que celui du non-respect des règles d’urbanisme puisque la mairie aura déjà donné son accord.

Quand l’impôt et les taxes s’invitent au rendez-vous

Si le garage n’est pas compris dans le calcul de la surface habitable, sous réserve qu’il soit resté « brut », il l’est en revanche dans celui de l’emprise au sol et doit obligatoirement être déclaré aux impôts. Si vous avez choisi de l’isoler comme le reste de la maison pour envisager un jour une autre pièce aménageable, elle sera comptée dans le calcul de la surface plancher, donc habitable.

L’impôt foncier

Vous disposez d’un délai de 90 jours à compter de l’achèvement des travaux pour déclarer le garage au centre des impôts pour le calcul de l’impôt foncier. Durant les deux premières années, vous pourrez peut-être bénéficier d’une exonération de taxe foncière sur cet agrandissement, selon certaines conditions.

Dites bonjour à la taxe d’aménagement

Sans la grimace s’il vous plait ! La taxe d’aménagement s’applique pour toute construction avec emprise au sol de plus de 5m². Elle n’est due qu’une seule fois, calculée sur une base forfaitaire au m², et partagée entre divers acteurs : la commune, le Département, parfois la Région, et vous !

A quel professionnel faire appel ?

Pour ce qui est de la conception du projet, faire appel à un architecte peut s’avérer être une bonne chose selon le type de garage souhaité. Dans le cas d’une modification de la structure de l’existant, il peut apporter tout son savoir et sa technicité sur les erreurs à ne pas produire et les petits détails qui feront toute la différence. Quitte à se lancer dans de gros travaux, autant viser l’esthétisme et le confort. Pour le reste, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Faire appel à un constructeur ou une entreprise générale de construction: Généralement en association entre artisans de divers corps de métier, elle agit à son propre compte et ne fait que rarement appel à des sous-traitants. C’est un bon avantage sur de gros travaux structurels. On pourra considérer que faire appel à ce type d’entreprise n’a d’intérêt que dans le cas d’une grosse construction pour un garage d’une superficie importante avec un équipement associé qui nécessite l’intervention de plusieurs corps de métier ;
  • Faire appel à des artisans TCE (Tout Corps d’Etat) : L’artisan TCE construira lui-même votre garage de A à Z. Pour un garage standard, et notamment ceux en ossature bois, on fera généralement appel à ce type d’artisan qualifié ;
  • Faire appel à une entreprise de rénovation ou d’aménagement de combles : Ce type d’entreprise sera préféré dans le cas d’un garage transformable dans le temps en nouvelle pièce à vivre. On lui fera appel dans le cas d’un aménagement complet avec isolation du sol, des murs et du plafond, l’implantation de prises électriques, de chauffage, etc. ;
  • Faire appel à un maçon : Il peut vous permettre de faire de sérieuses économies en fournissant vous-même la marchandise. Son tarif horaire est également moins élevé qu’une entreprise spécialisée.

Quels matériaux pour quel type de garage ?

Selon le type de garage choisi, les matériaux ne seront pas les mêmes à envisager, tout comme s’il est attenant à la maison ou non.

Les fondations

Pour un garage stable et robuste, l’idéal sera de couler une dalle béton comme base de fondation. Restera au choix de chacun de recouvrir la dalle d’un revêtement de sol type carrelage, lino PVC ou peinture, ou bien de la laisser brute.

L’ossature

Le garage en parpaing restera évidemment le choix du meilleur rapport qualité/prix. Le parpaing est peu cher et dispose de qualités non négligeables dont la durabilité et la résistance aux intempéries. La structure bois est aussi très en vogue et peut apporter une touche de modernité à l’ensemble de l’habitation. L’avantage principal du bois est son haut pouvoir isolant naturel, contrebalancé par l’entretien nécessaire pour éviter qu’il ne se dégrade trop vite. Enfin, il sera aussi possible d’opter pour le préfabriqué en métal ou en monobloc béton.

La toiture

Si vous optez pour un toit plat, elle pourra être réalisée en béton, en bois ou en bac acier qui est un assemblage de tôles nervurées posées en lames d’un seul tenant de l’égout jusqu’au sommet du toit. A l’inverse, si vous choisissez le toit pentu, il faudra y intégrer une charpente à recouvrir, en coût décroissant, de tuiles terre cuite ou béton, d’ardoise ou de bac acier.

La porte du garage

Plusieurs types de portes de garage existent. Elles peuvent être en acier, en PVC, en bois ou en alu. Egalement, différents systèmes d’ouverture peuvent être installés allant de la porte basculante à la porte à enroulement, en passant par la sectionnelle ou la battante. Et le prix varie évidemment selon si elle est automatisée ou manuelle.

Et le budget dans tout ça ?

Pour pouvoir évaluer au mieux son budget, il faut dans un premier temps veiller à bien dimensionner le garage selon l’utilisation qui en sera faite. Si sa finalité est d’y garer un véhicule, prévoyez au minimum 5m de longueur pour 2,50m de largeur si vous n’entrez que du côté conducteur, ou 3m à 3,5m si vous souhaitez pouvoir entrer des deux côtés du véhicule. On partira donc sur une surface moyenne de 19 à 20m². Pour un garage double, comptez plutôt une superficie de 6m de longueur par 7m de largeur. En revanche, s’il est double en enfilade, il faudra compter une largeur de 3m par 10 à 12m de longueur.

Le coût des travaux

Comme pour tous travaux, le budget fluctuera selon divers critères que sont la superficie du bâti, le type de matériaux choisis, l’isolation faite ou non, la configuration du garage, les aménagements complémentaires, le professionnel choisi, le temps passé, etc.

De manière totalement indicative, on peut donner une estimation du tarif de construction d’un garage hors sol au m², comprenant la main d’œuvre, l’isolation, le raccordement à l’électricité, la porte de garage standard et la toiture classique :

  • Comptez entre 125 et 350€ du m² pour un garage en métal ;
  • Entre 150 et 400€ du m² pour un garage en bois ;
  • Entre 250 et 550€ du m² pour un garage en parpaings ;
  • Entre 400 et 650€ du m² pour un garage en briques.
 
 

Devis gratuit en moins de 5 mn
Sélection des meilleurs artisans près de chez vous

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : VshAbU

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires