Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Travaux & Rénovation > Isolation de sa maison par l'extérieur : conseils et coût

Isolation de sa maison par l'extérieur : conseils et coût

Isolation de sa maison par l'extérieur : conseils et coût

Comment améliorer le confort thermique de votre maison ? L’isoler par l’extérieur est un choix particulièrement efficace et durable, devenu obligatoire dans le cadre de la rénovation importante d’une façade (cf décret n° 2016-711 du 30/05/2016). Mais comment mettre en œuvre ce type d’isolation, quelle technique choisir, avec quel matériau isolant, combien ça coûte…? Voici quelques éléments pour envisager sereinement l’isolation de votre maison par l’extérieur.

Je veux isoler ma maison par l’extérieur : quels avantages ?

Les avantages sont plus nombreux que les inconvénients, dont il faudra néanmoins tenir compte. L’isolation des murs par l’extérieur consiste à envelopper votre maison d’un manteau qui va atténuer considérablement les températures extérieures, été comme hiver. Dans votre logement, la paroi intérieure ne subit plus les assauts d’un échange thermique intense ; la douceur s’installe.

  • les ponts thermiques sont supprimés ;
  • l’isolation thermique se double d’une isolation acoustique améliorée ;
  • la facture de chauffage descend en chute libre : jusque’à 25 % de réduction ;
  • la température intérieure augmente : vous gagnez jusque’à 2,5 °C ;
  • l’étanchéité de l’air est nettement meilleure et les risques de condensation réduits ;
  • le confort thermique est amélioré en été comme en hiver ;
  • la surface intérieure n’est pas modifiée (et vous n’êtes pas dérangés pendant les travaux) ;
  • la valeur de votre maison augmente ;
  • les travaux d’isolation par l’extérieur sont éligibles aux aides à la rénovation énergétique ;
  • c’est la prolongation naturelle de l’isolation des combles ;
  • les matériaux structurels sont protégés contre les pollutions atmosphériques ;
  • le bâtiment se déforme moins et le risque de fissure est réduit ;
  • au final, c’est moins de dépense d’énergie et plus de confort !

Côté inconvénients :

  • Tenez compte de ce que ce type d’isolation va modifier l’aspect esthétique de votre maison. Si vous souhaitez préserver le cachet d'une façade, vous pouvez l’isoler de l’intérieur et faire le choix de l’isolation extérieure pour les murs plus ordinaires.
  • C’est une technique qui ne s’adapte pas à tous les bâtiments et qui tend à assombrir légèrement l’intérieur du logement.
  • Elle suppose également la modification de plusieurs éléments de la façade (par exemple gouttières et volets).
  • Il s’agit de travaux dont le coût peut être sans rapport avec la taille de votre maison ; l’investissement doit rester raisonnable.
  • Si ce mode d’isolation est très connu en Europe du Nord, la France manque encore de spécialistes.

Quelles sont les techniques d’isolation par l’extérieur ?

Isoler votre maison par l’extérieur peut se faire selon deux méthodes principales, au choix. Soit on pose une couche de matériau isolant, recouvert d’un revêtement de finition, soit on applique sur la façade un enduit isolant spécial. La première méthode est la plus fréquemment utilisée, et la plus efficace car elle supprime tous les ponts thermiques. Mais la seconde, moins coûteuse, tend à se développer.

1 - L’isolation thermique par couches de matériaux

La façade ventilée : isolation sous bardage

C’est le sytème le plus efficace. L’isolation est constituée par la superposition d’une armature de supports (bois ou métal, fixée au mur), un isolant glissé dans le cadre et un bardage de protection (également décoratif). Le dispositif est complété par une prise d’air grillagée à la base du mur et une ventilation haute. Entre l’isolant et le bardage, une lame d’air d’au moins 20 mm assure une régulation naturelle entre l’air chaud (qui s’échappe par le haut) et l’air froid (aspiré par la prise d’air basse). Elle évacue aussi la vapeur d’eau provenant de l’intérieur.

Les isolants privilégiés ici sont les laines minérales, sous forme de plaques semi-rigides. L’isolant vrac sera utilisé pour un mur très irrégulier. Quant au bardage, qui constitue la partie visible, vous en choisirez le matériau en fonction de l’aspect esthétique recherché. Les parements de bardage existent en bois, terre cuite ou matériaux composites, mais aussi pierre, grès, fibre-ciment, zinc, aluminium, émail, etc.

Cette technique compense parfaitement les défauts d’une façade abîmée ou humide.

La façade chaude

Les plaques isolantes sont solidarisées entre elles par un joint de mousse polyuréthane et la couche de finition est couplée avec l’isolant. La finition se fait à l’aide d’un enduit sur treillis ou par une vêture recollée à l’isolant. Cette méthode fait ses preuves lors de la saison froide. Mais elle perd en efficacité par grande chaleur.

Parmi les façades chaudes, plusieurs type d’installation sont possibles :

  • La façade collée. Des plaques isolantes rigides sont collées au mur porteur. C’est la technique la plus rapide, à condition que les murs soient neufs, nets et parfaitement réguliers. Un mur à rénover doit être parfaitement décapé au préalable.
  • La façade collée-chevillée. La méthode est la même que la précédente, mais on y ajoute une fixation mécanique qui renforce le dispositif. L’intérêt est de pouvoir choisir plus facilement le type d’isolant si les murs sont irréguliers ou revêtus. Système compatible avec tous les murs et
  • La façade sur profilé. Cette fois la fixation est totalement mécanique. Un système de rails (profilés), fixés sur le support, accueille les plaques d’isolant. Ce type de structure s’achète en préfabriqué et convient à des murs plans et revêtus, dans le cadre d’une rénovation. L’isolant adapté est le polystyrène expansé blanc. L’ensemble est démontable et recyclable.

Le double mur

L’isolation comporte un mur intérieur porteur et un mur extérieur qui sert de parement. Un isolant est fixé entre les deux. Une lame d’air peut être ajoutée entre l’isolant et le mur de parement, parfaite pour évacuer l’éventuelle condensation.

2 - L’isolation extérieure sous enduit

Sur une couche d’isolant thermique fixée sur le mur extérieur, on applique deux couches d’enduits : un enduit de protection, puis un enduit de finition. L’enduit de protection s’applique après réduction des ponts thermiques par joints étanches entre les plaques d’isolant. Pour l’enduit de finition, différentes techniques et matériaux sont possibles. On peut choisir par exemple d’appliquer un enduit hydraulique, résistant aux chocs, directement sur l’isolant. Cette technique ne nécessite aucune armature préalable.

Les avantages de l’isolation sous enduit ? Elle est facilement acceptée par votre commune, contrairement au bardage, qui doit respecter le PLU. Son coût est également moins élevé et votre créativité pourra s’exprimer dans les multiples finitions possibles.

L’inconvénient principal survient avec le temps : des microfissures se forment parfois sur le mur.

Parmi tous les isolants… lequel choisir ?

Préférez les isolants biosourcés

Pour une isolation thermique des murs par l’extérieur, il n’est pas utile de se préoccuper de l’épaisseur du matériau. Cela ne change rien pour votre surface habitable ! L’important est que les matériaux isolants soient perméables, pour ne pas empêcher le passage de la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur. On choisira pour cela un matériau perméable biosourcé.

Parmi les matériaux à éviter car non biosourcés, le polystyrène expansé est encore trop souvent proposé. C’est souvent le moins cher, mais vraiment pas le meilleur en terme de durabilité écologique. De même, essayez d’éviter les laines minérales (roche ou verre). Les isolants biosourcés sont pourtant nombreux, et pas toujours plus chers : la paille de blé, les panneaux de liège, la brique de chanvre, la fibre de bois ou le béton cellulaire.

Choisissez votre enduit isolant

Vous optez pour une isolation extérieure sous enduit ? Il vous reste à choisir parmi les différentes possibilités, certaines étant moins durables que d’autres…

  • Le crépi chaux-chanvre est naturel et écologique. C’est un très bon isolant thermique et phonique. L’enduit chaux-liège a le même type de caractéristique.
  • Le torchis a fait ses preuves ! Ce mélange traditionnel de terre et de paille, à la fois économique et très isolant, s’adapte à tous les supports.
  • Une peinture isolante protège votre façade des déperditions thermiques. Mise au point par les chercheur de l’industrie aérospatiale, ce type de peinture est conçue pour réfléchir les rayons du soleil en été et conserver la chaleur en hiver. Elle résiste aux intempéries et ne se salit pas.
  • Les billes de polystyrène forment un isolant efficace (utilisable aussi en intérieur)… Mais son empreinte écologique est déplorable.
  • D’autres matériaux sont en développement, comme l’aérogel de silice : excellent isolant, il est respectueux de l’environnement.

Combien coûte une isolation thermique extérieure ?

Il faut préciser qu’il s’agit d’un investissement. C’est cher, mais votre façade en est valorisée pour de nombreuses années. En moyenne, le coût peut varier de 100 à 150 euros le mètre carré. Parfois moins cher, mais beaucoup plus si vous optez pour des finitions de luxe ! Outre le matériau, c’est surtout le travail du professionnel qui coûte cher. Car ce type de technique exige un savoir-faire et une expérience que toutes les entreprises n’ont pas. Prenez le temps de choisir un spécialiste.

L’isolation des murs sous enduits est moins coûteuse que l’isolation sous bardage, qui peut monter allègrement au-delà des 150 euros (jusqu’à environ 230 euros le mètre carré).

Pour votre bonheur, ce type de travaux donne droit à différentes aides dans le cadre de la rénovation énergétique, à condition de passer par un entrepreneur certifié RGE :

  • la prime Effy accorde une subvention qui peut aller jusqu’à 23 euros/m2 (selon ressources) ;
  • MaPrimeRénov’ permet d’obtenir jusque’à 75 euros/m2 (selon ressources) ;
  • l’éco-prêt à taux zéro vous permet d’emprunter jusque’à 30 000 euros sur 15 ans ;
  • des certificats d’économie d’énergie (CEE) ou primes d’énergie vous seront octroyés par votre fournisseur d’énergie ;
  • Vous bénéficiez de la TVA à 5,5 %.
  • D’autres aides peuvent être accordées localement. N’hésitez pas à consulter votre mairie ou département pour en savoir plus.

Ces aides sont généralement conditionnées à certains critères : la résistance thermique obtenue (R) doit être d’au moins 3,7 m2.K/W (mais vous pouvez faire nettement mieux) et la pose doit être effectuée dans les règles de l’art.

Et songez que grâce à l’isolation de votre façade, vous pouvez économiser jusque’à 370 euros par an sur votre facture de chauffage…

 
 

Devis gratuit en moins de 5 mn
Sélection des meilleurs artisans près de chez vous

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : CVVEEK

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires