Vous êtes ici : Actualités autour de l'immobilier > Actualité Immobilière > Rénovation énergétique : quelles sont les aides disponibles en 2022 ?

Rénovation énergétique : quelles sont les aides disponibles en 2022 ?

Rénovation énergétique : quelles sont les aides disponibles en 2022 ?

La transition énergétique est devenue une priorité. En 2022, l’État renouvelle son offre de soutien aux ménages, pour encourager l’installation d’équipements (chauffage, isolation, etc.) adaptés aux exigences du changement climatique. Voici un état des lieux des aides dédiées à la rénovation énergétique.

1 - MaPrimRenov’ fait peau neuve

Cette prime à la conversion, apparue le 1er octobre 2020, s’adresse à tous les propriétaires d’un logement, occupants ou bailleurs, quel que soit leur revenu. En 2022, l’État augmente le financement de ce dispositif, auquel il attribue 2 milliards d’euros, en réponse à son succès. En effet, l’année 2021, cette aide a été attribuée à près de 800 000 dossiers (contre 500 000 prévus initialement). Elle se décline sous deux formes : MaPrimeRenov’ standard et MaPrimeRenov’ copropriété.

Une prime plébiscitée pour les équipements de chauffage

MaPrimeRenov’ est destinée à soutenir le financement de travaux de rénovation énergétique. Le plus souvent, elle est demandée dans le cadre d’un changement de système de chauffage. De nombreux ménages ont ainsi pu abandonner un vieux chauffage énergivores pour un système plus performant et écologique. Les équipements de chauffage soutenus par cette prime sont principalement la pompe à chaleur, la chaudière biomasse, le poêle à bois et granulés et le foyer fermé (insert), parmi les nombreux système de chauffage éligibles. Vous pouvez également solliciter la prime pour des travaux d’isolation ou de ventilation…

Création de France Rénov’ : guichet unique et réseau physique

C’est une nouveauté 2022 : le service France Rénov propose désormais aux particuliers souhaitant rénover leur logement un accompagnement par des professionnels. Ce dispositif comprend un site internet (france-renov.gouv.fr) et un numéro de téléphone (08 08 800 700) permettant de joindre un conseiller et 450 agences, constituant un réseau physique présent sur tout le territoire. Les particuliers pourront y trouver des informations sur la rénovation énergétique, les aides disponibles, la faisabilité technique d leur projet, les professionnels agréés, etc.

La plate-forme leur propose également un accompagnement personnalisé pour leur projet de rénovation. Gratuit, cet accompagnement deviendra obligatoire pour certains travaux dès 2023.

Nouveau : « MaPrimeRénov’ sérénité »

Cette extension de MaPrimeRénov’ (qui remplace « Habiter Mieux Sérénité » de l’Anah) soutient la rénovation énergétique globale d’un logement. Destinée aux ménages les plus modestes, elle leur permettra de financer des travaux complets de rénovation, l’objectif affiché étant d’atteindre une augmentation de la performance énergétique d’au moins 35 %. Pour en bénéficier, Il faut être propriétaire d’un logement utilisé en résidence principale, situé en France et achevé depuis au moins deux ans. De plus, les travaux doivent être effectués par une entreprise certifiée RGE. Cette nouvelle prime peut concerner 5 millions de foyers en France et pourra couvrir 50 % du montant des travaux, avec un plafond à 30 000 euros HT (au lieu de 15 000 euros).

De nouveaux bonus

Plusieurs bonus apparaissent dans la nouvelle formule :

  • Bonus sortie de « passoires énergétiques » (étiquette énergie F ou G), attribué sous condition d’un audit confirmant que les travaux prévus feront vraiment sortir le logement de son bilan énergétique.
  • Bonus BBC (Bâtiment Basse Consommation) : travaux permettant d’atteindre la classe énergétique A ou B.
  • Rénovation globale : au moins deux travaux permettant de cumuler 55 % d’économies d’énergie.
  • Audit énergétique : pour aider à payer un diagnostic de performance énergétique réalisé par un expert.

Quel est le calcul de MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov' est attribuée sans condition de ressources, en fonction de deux critères : le montant des revenus des ménages et le gain écologique des travaux. En fonction de leur revenu et du nombre de personnes le composant, chaque foyer se voir attribuer une couleur de profil : bleu (revenus très modestes), jaune (modeste), violet (intermédiaire) ou rose (revenus élevés). Chaque couleur correspond à un montant de prime fixé en fonction du type de travaux et/ou des dépenses engagées. L’objectif de la prime est de booster la performance : plus les économies d’énergies seront importantes, plus le montant de la prime sera élevé. Pour l’installation d’une pompe à chaleur par exemple, le montant attribué peut aller jusque’à 4000 euros. L’objectif est de soutenir 300 000 logements et copropriétés par ans dans les dix ans à venir.

2 - Le « coup de pouce » des fournisseurs d’énergie

Prime destinée aux particuliers et attribuée par les fournisseurs d’énergie (dans le cadre du dispositif des Certificats d’économie d’énergie), certains coups de pouce sont prolongés en 2022.

C’est pour qui ?

Tous les ménages peuvent en bénéficier : propriétaire ou locataire, pour une résidence principale ou secondaire de plus de deux ans. Le coup de pouce est attribué à condition que les travaux soient réalisés par une entreprises RGE et respectent un niveau de performance minimale.

Quels type de travaux ?

  • Le coup de pouce chauffage. Prévu pour l’installation d’une pompe à chaleur ou d’un chauffage écologique à énergie renouvelable (biomasse, bois, solaire, etc.), ce coup de pouce est attribué pour les travaux dont l’achèvement est prévu avant le 31 décembre 2026.
  • Le coup de pouce Rénovation performante d’une maison individuelle. Lancée en 2020, cette aide concerne les travaux de rénovation globale performante, engagés avant le 31 décembre 2021 et achevés au 31 décembre 2022.
  • Le coup de pouce thermostat avec régulation performante concerne les travaux déjà engagés en 2021 et achevés avant le 30 avril 2022.

Comment en bénéficier ?

C’est votre fournisseur d’énergie qui est aux manettes. La première chose à faire est donc de choisir un fournisseur partenaire du coup de pouce. Avant de choisir une entreprise (agréée RGE) pour effectuer les travaux, il vous faut d’abord accepter l’offre du fournisseur correspondant aux travaux prévus. Il suffira ensuite de demander et signer un devis professionnel et de faire exécuter les travaux, avant d’envoyer les pièces justificatives de travaux au fournisseur d’énergie.

Quel montant ?

Le montant attribué varie en fonction du type de travaux effectués et des revenus du ménage (revenu fiscal de référence). Plus celui-ci est faible, plus la prime est importante. Le fournisseur peut vous verser le coup d pouce sous forme d’un chèque, d’une remise sur votre facture d’énergie ou d’un bon d’achat.

3 - Quelles sont es autres aides disponibles ?

  • Nouveau : le « prêt avance rénovation » aide les particuliers à obtenir un financement bancaire pour couvrir le reste à charge de la rénovation énergétique de leur logement, dans le cadre de sa mise en vente. L’idée est de ne payer que les intérêts de l’emprunt et de rembourser le capital lors de la vente du logement, profitant pour cela de la plus-value engendrée par la rénovation énergétique.
  • L’éco-prêt à taux zéro est reconduit jusqu’en 2023, avec un montant maximal d’emprunt fixé à 50 000 euros. Son avantage est d’être cumulable avec MaPrimeRénov’. Il est sollicité auprès d’une banque agréée et doit être remboursé en 15 ans maximum.
  • La TVA à taux réduit à 5,5 % est toujours appliquée pour les travaux de rénovation réalisés sur les logements de plus de deux ans, directement sur la facture.
  • Action Logement associe plusieurs aides dans un pack pouvant aller à 20 000 euros, pour les travaux de rénovation énergétique d’une résidence principale.
  • Des aides financières régionales sont proposées par les collectivités locales.
  • Le chèque énergie est envoyé automatiquement aux ménages les plus modestes et peut être utilisé au paiement de la facture énergétique ou à des travaux de rénovation énergétique.

4. En 2022, adieu à la prime à 1 euro !

Il était possible en 2020 et 2021de réduire à rien, puis à 10 %, le reste à charge de certains travaux énergétiques (par exemple pompe à chaleur ou isolation) en cumulant toutes les aides disponibles. Mais ce système a favorisé le dumping énergétique et un effet d’aubaine pour des entreprises peu scrupuleuses. De plus, le dispositif à une euro ayant encouragé des travaux déconnectés d’une vision globale, leur performance laisse largement à désirer. L’heure est désormais à l’efficacité énergétique et à des aides favorisant une rénovation de l’habitation dans son ensemble.

Écrit par Didier le 24/01/2022
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : tUQ9DL

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir