Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Assurances & Crédits > Crédit Travaux : simulateur et comparateur gratuit ! > Crédit travaux pour la pose d'une chaudière : explications, simulation

Crédit travaux pour la pose d'une chaudière : explications, simulation

Crédit travaux pour la pose d'une chaudière : explications, simulation

Comme tout appareil de chauffage, la chaudière perd en efficacité avec le temps. Avec une durée de vie moyenne entre 12 et 15 ans, les chaudières, au-delà de 10 ans d'installation, tombent en panne plus fréquemment.

Micro fuite d’eau, température instable, entartrage, la remplacer pour un appareil plus performant, moins polluant et plus économe s’impose. Que ce soit pour la pose d’un appareil neuf ou le changement d’un ancien, installer ou remplacer une chaudière a un coût variable, en fonction des modèles, de 1 000 à 5 000 € hors installation. Les particuliers ont la solution de souscrire un crédit pour financer les travaux si les fonds propres sont insuffisants. À suivre nos explications sur le crédit travaux pour la pose d’une chaudière et une simulation de prêt à la fin de notre article.

Qu’est-ce qu’un crédit travaux pour la pose d’une chaudière ?

Le crédit travaux, comme le précise sa dénomination, est un crédit destiné à financer les travaux de rénovation des maisons ou des appartements. Il peut s’agir d’une résidence principale, secondaire ou locative. Les propriétaires, les copropriétaires peuvent y souscrire. Les locataires ont également accès au crédit travaux à condition que le bailleur accepte la rénovation.

Quels types de travaux sont éligibles au crédit travaux ?

Il est quasi impossible de citer tous les travaux éligibles au crédit du même nom tant la liste est grande. Que ce soit pour l’agrandissement, la construction, la pose d’équipements, l’aménagement, la décoration, le crédit travaux est envisageable. Cela concerne donc les travaux du gros œuvre et du second œuvre des habitations, mais aussi les travaux de finition et de décoration. Ils peuvent être menés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des ouvrages. Les matériaux, le mobilier, l’outillage, l’électroménager et bien sûr la main-d'œuvre des artisans sont également finançables avec un crédit travaux. Voici quelques exemples de travaux :

  • l'aménagement d’une chambre supplémentaire dans les combles ;
  • la construction d’une véranda bioclimatique ;
  • le raccordement électrique et sanitaire d’une maison ;
  • la pose d’un cumulus ;
  • l’installation d’une serre ;
  • la rénovation d’une cuisine, etc.

Et pour la pose d’une chaudière, que finance le crédit travaux ?

Le crédit travaux pour la pose d’une chaudière finance le chantier de A à Z que ce soit pour l’installation d’un appareil neuf ou le remplacement d’une chaudière défectueuse. Il existe des chaudières classiques à gaz, des chaudières à condensation, des chaudières à granulés ou à bois ou des chaudières électriques. Le budget nécessaire dépend du modèle choisi et de l’entreprise ou de l’artisan. Le crédit travaux finance le matériel et la main-d’œuvre dont voici les étapes :

  • Raccordements à une arrivée d’eau, à une ligne électrique et au circuit de chauffage.
  • Raccordement au gaz naturel ou à une cuve de gaz le cas échéant.
  • Installation d’un silo à granulés le cas échéant.
  • Dépose et pose de la nouvelle chaudière.
  • Mise en service de l’appareil.

Quelles caractéristiques comporte le crédit travaux pour la pose d’une chaudière ?

Le crédit travaux pour la pose d’une chaudière est un crédit amortissable à la consommation. Sa législation dépend donc du Code de la consommation. Il peut être à court ou à moyen terme. Sa souscription est possible auprès des banques traditionnelles, des banques en ligne ou des organismes de crédit. Ses principales caractéristiques sont :

  • Un emprunt envisageable de 500 à 75 000 € maximum.
  • Une durée de crédit variable en moyenne de 6 mois à 7 ans.
  • Un taux nominal fixe avec un pourcentage variable de 1 à 10 % selon plusieurs paramètres tels que la banque, l’emprunteur et le crédit.
  • Des indemnités de remboursement anticipé ou IRA comprises entre 0,5 et 1 %, voire aucune, selon la durée et le montant du crédit restant à solder.
  • Un délai de rétractation légal de 14 jours à compter de la signature de l’offre.

Le crédit travaux est, en principe, un crédit affecté. D’autres crédits peuvent financer des travaux comme un prêt personnel, un crédit renouvelable, et même un crédit immobilier. Voyons cela plus en détail.

Le crédit affecté

Le crédit affecté signifie que la somme prêtée par la banque doit uniquement être affectée à l’achat du bien ou des prestations indiquées dans l’offre. Il peut s’agir d’un véhicule, d’un voyage, d’une formation, d’un ordinateur ou de travaux comme la pose d’une chaudière. L’emprunteur doit justifier son achat avec un devis ou une facture pour que l’argent soit débloqué. Le crédit affecté est très courant dans les grandes enseignes commerciales comme les magasins de bricolage, mais aussi chez les concessionnaires. Les démarcheurs l’utilisent également pour la vente à domicile. Son taux d’intérêt est normalement plus intéressant que celui d’un prêt personnel. Par contre, il oblige les propriétaires à faire réaliser les travaux par un professionnel.

Le prêt personnel

Le prêt personnel est envisageable pour tout type de projet comme la pose d’une chaudière, mais ne nécessite pas de justificatif a contrario du crédit affecté. La somme prêtée est utilisable librement par l’emprunteur. Le prêt personnel est donc plus flexible. Il convient bien aux propriétaires désireux de réaliser eux-mêmes leurs travaux. Avec des caractéristiques identiques à celles citées ci-dessus, son taux d’intérêt est cependant un plus élevé que celui du crédit travaux affecté.

Le crédit immobilier

Si le crédit affecté ou le prêt personnel pour financer des travaux dépasse la somme de 75 000 €, l’emprunt devient automatiquement un crédit immobilier. Cela implique un changement de législation pour ce qui est notamment des indemnités de remboursement anticipé et du délai de rétraction. Ce dernier passe à 10 jours à compter de la réception de l’offre et avant sa signature. Le taux d’intérêt est plus attractif qu’avec un crédit à la consommation, mais les conditions d’octroi sont aussi plus strictes. La banque exige également des factures pour la réalisation des travaux, ce qui n’est pas adapté aux propriétaires les réalisant eux-mêmes. Les fonds sont généralement conservés par la banque qui se charge de régler les prestataires pour le compte de l’emprunteur. Au moment de l’acquisition du logement, il est courant que les emprunteurs incluent une somme supplémentaire au crédit immobilier. Elle finance, lissée dans le crédit immobilier, les travaux de rénovation du logement ancien sous réserve d’acceptation de la banque.

Le crédit renouvelable

Enfin, il existe un autre type de crédit à la consommation qui est le crédit renouvelable. Il s’agit d’une réserve d’argent disponible librement et à n’importe quel moment. Ce crédit est cher avec un taux d’intérêt très élevé. A priori, il ne convient pas pour des travaux comme la pose d’une chaudière. L’emprunteur peut s’en servir comme réserve de secours en cas de dépenses imprévues de faible montant. Il a en effet tout intérêt à rembourser très rapidement les échéances. Ces dernières s'enclenchent uniquement lors du déblocage de tout ou partie de la somme prêtée. La réserve se reconstitue au fur et à mesure des versements.

Quelles conditions exige la banque pour souscrire un crédit travaux pour la pose d’une chaudière ?

Comme pour tout octroi d’un crédit à la consommation, les établissements prêteurs exigent quelques conditions avec un crédit travaux pour la pose d’une chaudière. L’emprunteur doit, en plus d’être majeur et résider en France métropolitaine, faire montre d’une bonne solvabilité justifiée par :

  • un emploi stable de préférence en CDI ou dans la fonction publique ;
  • des revenus suffisants et réguliers ;
  • un taux d’endettement inférieur à 35 % ;
  • une bonne gestion du compte bancaire sans incident de paiement.

L’assurance de prêt est-elle obligatoire ?

Avec un crédit travaux pour la pose d’une chaudière inférieur à 10 000 €, l’assurance emprunteur est, en général, facultative. Au-delà de 10 000 €, les banques ou organismes de crédit peuvent exiger au minimum une garantie décès/invalidité. Si c’est le cas, l’emprunteur n’est pas obligé de souscrire l’assurance proposée avec le prêt. Il peut la choisir librement auprès d’un assureur externe grâce à la délégation d’assurance. Ce dispositif permet de faire des économies et de bénéficier d’une assurance de prêt personnalisée.

Existe-t-il des aides pour la pose d’une chaudière ?

Depuis quelques années, l’État propose des aides aux ménages pour les inciter à équiper leur logement de modes de chauffage moins énergivores et moins polluants. Différentes aides sont disponibles pour la pose d’une chaudière à gaz en fonction du modèle choisi :

  • MaPrimeRenov accessible sous conditions de ressources.
  • L’Éco-prêt à taux zéro pour les propriétaires occupants ou bailleurs.
  • La Prime Coup de Pouce pour l’installation d’une chaudière à condensation.
  • La TVA à taux réduit à 5,5 %.
  • Les aides Habiter Mieux Sérénité de l’ANAH.

La simulation d’un crédit travaux pour la pose d’une chaudière est-ce un prérequis indispensable ?

Il est de coutume, avant de rechercher une offre de crédit travaux pour la pose d’une chaudière, de procéder à une simulation de l’emprunt. Ce prérequis est essentiel pour estimer la faisabilité de son projet. Via un outil en ligne gratuit et sans engagement, l’emprunteur obtient rapidement un aperçu de son éligibilité au crédit. Il visualise en quelques clics les modalités du crédit proposé avec notamment :

  • le type de crédit travaux ;
  • le taux nominal et le TAEA le cas échéant ;
  • le montant de la mensualité ;
  • la durée du crédit travaux.

Si l’avis est favorable, des propositions commerciales lui parviennent. Il les compare attentivement pour retenir la meilleure offre de crédit travaux pour la pose d’une chaudière. C’est en priorité le taux et les frais annexes que l’emprunteur compare. À noter que la simulation est également gratuite si l’emprunteur la demande à son banquier. Nous avons réalisé la simulation d’un crédit travaux pour la pose d’une chaudière dont voici les modalités à titre indicatif :

Montant du capital emprunté

Durée du crédit travaux

TAEG fixe hors assurance

Montant de la mensualité

Coût total du crédit travaux affecté

8 000 €

3 ans

4,7 %

232,66 €

8 375,76 €

Pour conclure, le crédit travaux pour la pose d’une chaudière est le plus couramment un prêt affecté ou un prêt personnel. Ce sont tous les deux des crédits à la consommation avec pour le premier un taux d’intérêt un peu plus avantageux. En contrepartie, la somme prêtée doit être affectée à l’achat mentionné sur le contrat, ce dernier devant être justifié par une facture. Pour trouver un crédit travaux adapté, le propriétaire ou le locataire a tout intérêt à mettre en concurrence les offres via un outil dédié en ligne.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 3UhdQ3

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires