Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Assurances & Crédits > Assurance Habitation : simulateur et comparateur gratuit ! > Le prix de l'assurance habitation est calculé sur quels critères ?

Le prix de l'assurance habitation est calculé sur quels critères ?

Le prix de l'assurance habitation est calculé sur quels critères ?

L’assurance habitation, obligatoire pour toute personne locataire, et très fortement recommandée pour les personnes propriétaires, est une des assurances les plus connues et les plus utilisées par les particuliers.

Elle vise à vous dédommager en cas de sinistre sur les biens immobiliers (le bâti), mais également en cas de sinistre sur les biens mobiliers (meubles, électroménager, effets personnels). Par ailleurs, elle inclut une responsabilité civile vie privée à l’égard des tiers.

Mais le prix de l’assurance habitation n’est pas le même d’un assureur à l’autre, bien que les critères servant au calcul de la cotisation soient similaires. Quels sont ces critères fixant le prix de votre prime ? On vous donne les 10 plus importants.

Critère n°1 : l’indice FFB

L’indice FFB sert de référence au calcul du coût de la construction. Il tient compte du prix global engendré par une construction (matériaux, main d’œuvre et frais administratifs).

C’est donc un indicateur très utile pris en compte par tous les assureurs habitation. Plus cet indice est élevé, plus le coût de l’assurance habitation l’est également. À noter qu’il sert de clause d’indexation dans nombre de contrats.

Critère n°2 : la localisation du logement

L’exposition au risque n’est pas la même selon les régions et les villes, notamment en matière de vols et cambriolages, mais également en matière d’incendies, d’événements climatiques et de catastrophes naturelles.

Selon la localisation de votre logement et à bien immobilier égal, il sera donc plus coûteux d’assurer un appartement ou une maison en Île-de-France, en région PACA ou encore en Corse. A contrario, vous serez généralement gagnant en habitant en Bretagne ou dans les Pays-de-la-Loire par exemple.

Critère n°3 : la taille du logement

C’est logique, plus un logement est grand, plus il est onéreux de l’assurer. L’assureur vous demandera donc sa superficie, mais également son nombre de pièces. Attention, car chez certains assureur, une pièce de plus de 40 m² peut compter pour 2 pièces.

Il est donc utile de savoir que chaque assureur est libre de son mode de calcul. De même, les éventuelles dépendances, annexes et vérandas jouent également un rôle dans l’augmentation de tarif. C’est d’ailleurs pour cela qu’une maison revient sensiblement plus chère à assurer qu’un appartement.

Critère n°4 : la nature du logement

Selon que vous habitiez un appartement ou une maison, que vous soyez ou non soumis à un règlement de copropriété, les tarifs peuvent varier en fonction de la nature de votre logement.

Comptez en moyenne 250 euros l’année pour un appartement et 350 euros l’année pour une maison. Mais sachez que ce n’est pas la maison en elle-même qui revient plus cher à assurer, mais plutôt le fait d’avoir des dépendances et d’être souvent propriétaire.

En effet, une assurance maison va souvent couvrir ce qui se situe à l’extérieur du logement, mais une assurance appartement va plus fréquemment couvrir les tiers de la copropriété ainsi que la dégradation des espaces communs.

Critère n°5 : l’usage du logement

Selon l’usage que vous faites du logement, le prix de l’assurance habitation varie. En effet, votre résidence principale contient généralement de nombreux biens. Au contraire, votre résidence secondaire en contient moins, mais est plus souvent inhabitée, augmentant le risque de visites indésirables.

Seule une étude personnalisée de votre demande peut donc vous donner un tarif fiable. Mais le critère d’occupation des lieux est toujours pris en compte par votre assureur habitation.

Critère n°6 : la qualité de l’assuré

Lorsque vous prenez une assurance habitation, vous êtes soit locataire, soit colocataire, soit propriétaire, soit copropriétaire. Généralement, les propriétaires, même s’ils n’ont pas l’obligation de s’assurer, dépensent davantage dans leur assurance habitation.

Deux raisons expliquent ce phénomène, il s’agit de leur bien immobilier et ils ont donc tendance à l’assurer au maximum, voire même parfois à prendre des options peu utiles, pour leur tranquillité d’esprit. Et par ailleurs, il n’y a pas un propriétaire derrière tenu d’assurer les murs.

Critère n°7 : la protection du logement

Que votre logement soit situé ou non dans une zone dite sensible, certains éléments de protection, peuvent par leur présence ou au contraire leur absence, influence le prix de votre assurance habitation.

C’est ainsi le cas de barreaux aux fenêtres, de portes de sécurité 3 points ou 5 points, d’un système d’alarme ou d’un système de télésurveillance, etc. Autre point auquel on pense moins, la présence de détecteurs de fumée, de monoxyde de carbone, la présence d’une cheminée, d’un poêle ou d’un chauffage au gaz est également à prendre en compte.

Critère n°8 : l’étendue des garanties

Tous les contrats habitation ne couvrent pas les mêmes risques d’un assureur à l’autre. Tout d’abord, vous retrouvez généralement plusieurs gammes de garanties, sous les appellations des formules économiques / minimum, équilibre / medium, confort / maximum, ou encore confort plus / premium.

Chaque formule vous garantit en inclusion certaines garanties, certains montants de remboursement, certains services d’assistance, qui font naturellement varier le tarif de votre assurance habitation.

De plus, le montant des biens à assurer est à prendre en compte, selon qu’on soit minimaliste ou au contraire un véritable geek, selon qu’on soit collectionneur de pins ou amateur d’art, nous ne détenons pas tous la même valeur de biens mobiliers.

Et à la formule souscrite peuvent être ajoutées des options.

Critère n°9 : les options du contrat

Plus vous ajoutez d’options à votre assurance habitation, plus le contrat va vous coûter cher. S’il est important de bien s’assurer, il est également important de s’assurer juste pour ce dont vous avez besoin. En effet, l’assurance habitation repose sur le principe indemnitaire, et vous ne pourrez donc jamais prétendre à vous enrichir en vous protégeant au maximum.

Les options proposées par l’assureur sont nombreuses et dépendent des compagnies. Voici quelques options qui peuvent vous être proposées :

  • L’assurance des objets de valeur comme les bijoux, les meubles anciens ou les œuvres d’art,
  • L’assurance d’une piscine enterrée et de son équipement,
  • L’assurance des annexes et de l’extérieur du logement,
  • L’assurance des panneaux photovoltaïques,
  • L’assurance de vos équipements de loisirs ou de votre cave à vin,
  • L’assurance protection juridique avec plusieurs niveaux de garantie,
  • L’assurance extrascolaire pour vos enfants,
  • L’assurance de vos biens à usage professionnel,
  • L’option dommages électriques,
  • L’option rééquipement à neuf,
  • L’option rachat de franchise,
  • L’assurance des canalisations, etc.

Bref, vous l’aurez compris, la majorité des assureurs proposent de nombreuses options pour obtenir une assurance habitation « à la carte », couvrant réellement vos besoins.

Critère n°10 : les franchises et plafonds

Votre contrat d’assurance habitation contient plusieurs garanties. Chacune de ces garanties est soumise à une franchise et à un plafond d’indemnisation.

La franchise est le montant minimum restant à votre charge en cas de sinistre. Elle est imposée pour les garanties d’État comme la catastrophe naturelle, et mentionnée dans votre contrat pour les autres garanties. Elle est souvent plus basse pour les formules haut de gamme et plus élevée pour les formules premier prix et intermédiaires. Mais certains assureurs proposent en option le « zéro franchise ».

Quant au plafond d’indemnisation, c’est le montant au-delà duquel votre assureur ne rembourse plus. Si par exemple, vous êtes assuré pour 20 000 euros de mobilier et que votre logement brûle dans un incendie, vous ne pourrez pas prétendre à plus de 20 000 euros d’indemnisation, même si vos biens valaient en réalité 40 000 euros.

D’autres critères, tel que l’étage du logement, l’année de construction de l’habitation, etc., peuvent faire varier le prix de l’assurance habitation à la hausse ou à la baisse. C’est pourquoi vous devriez toujours comparer les tarifs des assureurs entre eux, que ce soit en emménageant dans un nouveau bien, ou en cours de contrat pour faire le point sur vos assurances.

 
 

Comparateur Assurance Habitation
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : HFuNkr

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires