Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Investissement Immobilier > SCPI > SCPI en nue-propriété : fonctionnement, avantages, inconvénients

SCPI en nue-propriété : fonctionnement, avantages, inconvénients

SCPI en nue-propriété : fonctionnement, avantages, inconvénients

Faire un placement d’argent à la fois pérenne, rassurant, en capitalisation permanente avec des rendements qui dépassent ceux de l’épargne réglementée ou de l’assurance vie : Investir dans l’immobilier reste incontestablement aujourd’hui une valeur sûre, encore faut-il savoir le faire habilement en tirant le bon filon.

Pour s’éviter les complications liées à un achat, de la question de la meilleure localisation à l’anticipation d’une éventuelle revente en passant par la gestion courante, nombre d’investisseurs se tournent vers la SCPI (Société Civile de Placement Immobilier), et notamment la SCPI en nue-propriété. Qu’est-ce que ce type d’investissement et comment cela fonctionne ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? On vous répond.

Tout d’abord, une SCPI, c’est quoi ?

Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) est une société non cotée en bourse qui fait partie de la famille des Organismes de Placements Collectifs (OPC). Son seul objectif est d’investir de l’épargne dans un patrimoine immobilier dédié à la location. Cette épargne provient de ses investisseurs qui détiennent donc tous des parts à la hauteur de leur investissement. Ainsi, ils bénéficient chacun d’un prorata des recettes avec un risque locatif moindre puisque dilué sur un grand nombre de locataires.

Il existe deux types de SCPI dont la différence réside principalement dans le type de parc immobilier concerné, qu’il convient de sélectionner selon l’objectif patrimonial de l’ensemble des investisseurs :

  • Les SCPI de rendement encore appelées SCPI « d’entreprise » : l’investissement se fera sur de l’immobilier spécifiquement professionnel type bureaux, commerces, résidences hôtelières ou séniors, ou encore entrepôts. C’est un bon investissement quand on sait que les immeubles à usage commercial sont généralement difficile d’accès à l’achat direct.
  • Les SCPI fiscales aussi appelées SCPI « d’habitation » : L’investissement se fera ici sur de l’immobilier à usage d’habitation. Bien souvent, ce type de biens permet de défiscaliser en plus d’épargner. On citera par exemple les SCPI Pinel qui permettent d’acquérir du logement neuf dans les zones éligibles, ou les SCPI Malraux qui permettent à l’inverse d’acquérir du logement à rénover dans des quartiers sauvegardés. Ces deux procédés offrent des réductions d’impôts.

Vous l’aurez compris, on distingue le type de biens visés mais le principe est similaire : il consiste à investir dans un ensemble immobilier plutôt que dans un bien particulier pour assurer un taux de rendement élevé. Dans le vivier du communément appelé « Pierre Papier », la SCPI se démarque par son duo très favorable « rendement versus risque », offrant à ses investisseurs une belle occasion de capitalisation avec un accroissement de la valeur de la part sur un marché qui existe depuis les années soixante et en forte progression sur les dix dernières années.

Pour finir sur sa présentation, la SCPI est gérée directement par une société de gestion spécialisée qui va collecter les fonds auprès des investisseurs. Ainsi, ces derniers n’ont pas d’autre démarche à entreprendre concernant l’immobilier sur lequel ils investissent. La société gestionnaire va jusqu’à faire le choix des locataires, réaliser les éventuels travaux nécessaires, récupérer les loyers et les charges. Elle est elle-même réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) qui donne un agrément et impose des règles et contraintes incontournables pour une parfaite transparence.

D’accord, et donc qu’est-ce qu’une SCPI en nue-propriété ?

La SCPI en nue-propriété (ou démembrement conventionnel) est une société de rendement qui investit donc sur l’immobilier à usage professionnel dont le montage juridique est plus particulier, et elle attire de plus en plus d’épargnants. Pour comprendre ce qui se cache derrière ce terme quelque peu barbare, une petite explication s’impose.

Trois éléments forment la pleine propriété :

  • L’usus qui est le droit d’user du bien, autrement dit d’y habiter ;
  • Le fructus qui est le droit de percevoir les fruits du bien, autrement dit de le louer ;
  • L’abusus qui est le droit de disposer du bien à terme, autrement dit de le vendre un jour, soit dit encore le droit d’aliéner.

Les deux premiers éléments forment ce que l’on appelle l’usufruit, que l’on peut donc définir comme le droit de jouissance du bien, c’est-à-dire de l’habiter ou de le louer, ce qui engrangera des revenus locatifs, mais aussi des frais d’entretien.

Le dernier, soit l’abusus, est ce que l’on appelle donc la nue-propriété, qui permet de posséder le bien sur le long terme après l’avoir acquis à moindre coût. C’est le principe de séparation du droit de propriété en deux parties distinctes.

Plus concrètement, les deux co-contractants se partagent la pleine propriété du bien : l’usufruitier (bien souvent un bailleur social) perçoit les revenus de la SCPI et le nu-propriétaire conserve la propriété des parts de la SCPI sans toucher de dividende, et ce le temps du démembrement temporaire, qui peut être à terme fixe (de 3 à 20 ans) ou en viager. A l’échéance prévue, la SCPI nu-propriétaire devient pleinement propriétaire du bien et peut décider librement de continuer à le louer en percevant les revenus locatifs, ou bien de le vendre.

Quels en sont les avantages et les inconvénients ?

Investir dans la nue-propriété en SCPI présente de nombreux avantages pour celui qui s’est constitué une épargne et qui souhaite la capitaliser :

  • Acquisition à moindre coût : L’un des gros avantages de la nue-propriété est le fait d’acquérir des parts d’un bien immobilier en bénéficiant d’une décote immédiate de 20 à 35% sur le prix de souscription puisque le nu-propriétaire n’en détient pas l’usufruit. Plus la durée du démembrement est importante, plus la décote est élevée ;
  • Pas d’alourdissement de la fiscalité : Le nu-propriétaire n’est pas affecté par le poids de la fiscalité puisqu’il ne perçoit aucun revenu foncier généré par la SCPI et que la nue-propriété n’est pas taxable par l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) ;
  • Respecter sa capacité d’investissement : La nue-propriété en SCPI permet d’investir sur un programme immobilier complet tout en ajustant sa participation selon son épargne disponible. Un investissement de quelques centaines d’euros peut permettre à terme de détenir une part de propriété d’un bien immobilier ;
  • Plus-value immobilière : On le sait, a priori l’immobilier ne dévalue pas et rappelons-nous qu’une décote est appliquée sur le prix d’achat des parts. Au terme du démembrement, l’investisseur pourra donc largement espérer faire une plus-value à la revente. Seule la plus-value due à la valorisation prise par le bien dans le temps sera soumise à l’impôt, et non la plus-value due à la décote obtenue à l’achat des parts ;
  • Revalorisation des parts : Parce que l’immobilier prend de la valeur avec le temps, les parts de l’investisseur pourront potentiellement être réévaluées.

Comme tout investissement, la nue-propriété en SCPI présente également quelques inconvénients :

  • Absence de revenu : Durant la période du démembrement, l’usufruitier récupère les revenus locatifs là où le nu-propriétaire ne perçoit rien. L’avantage de l’exonération de fiscalité est contre balancé par l’absence de revenu, qui peut faire défaut lorsque l’on investit dans l’immobilier. La nue-propriété s’adresse donc à un profil d’investisseurs qui n’a pas besoin de revenus immédiats mais plutôt qui est dans l’esprit d’un placement avec une valorisation du capital sur le long terme ;
  • Un capital non garanti : C’est chose rare mais il arrive que des biens immobiliers dévaluent pour diverses raisons (environnement de proximité changeant par exemple). Ainsi, en misant sur une plus-value sur plusieurs années, c’est faire un pari qui reste un risque pris de dévalorisation des parts investies, à nuancer bien entendu sur un marché immobilier bien moins volatile qu’un marché financier.

Alors pourquoi investir en nue-propriété ?

  • Préparer sa retraite : En investissant un peu d’épargne durant sa vie active, ce type de revenus complémentaires pourrait compenser la perte de pouvoir d’achat à la retraite ou bien financer un projet qui pourrait devenir concret ;
  • Se constituer un patrimoine immobilier ;
  • Faire capitaliser une épargne qui dort : Si ce capital n’est pas indispensable à son quotidien, c’est un investissement qui fructifie sans effort.
 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : Cb4naB

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires

  • Top 10 des meilleures SCPI : le classement ! Top 10 des meilleures SCPI : le classement ! Avec près de 72 milliards de capitalisation à la fin de l’année 2020, les SCPI, au nombre de 206, restent un placement plébiscité par les investisseurs français. Les taux de rendement compris...
  • Quel financement minimum pour investir en SCPI ? Quel financement minimum pour investir en SCPI ? L’investissement minimum pour réaliser un placement en SCPI n’est pas forcément élevé. Plusieurs offres disponibles sur le marché vous permettent de financer vos SCPI en fonction de vos...