Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Assurances & Crédits > Assurance Prêt Immobilier : simulateur et comparateur gratuit ! > Quelle assurance de prêt immobilier à plus de 50 ans ?

Quelle assurance de prêt immobilier à plus de 50 ans ?

Quelle assurance de prêt immobilier à plus de 50 ans ?

37 % des 50-59 ans, 19 % des 60-69 ans et 5 % des 70 ans et plus remboursent un prêt immobilier selon les données 2019 de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Ces chiffres prouvent que même les seniors ont des projets d’investissement immobilier, même si, après l’âge de la retraite, s’endetter pour un prêt immobilier est plus rare car les revenus baissent. En conséquence, les banques et autres établissements de crédit rechignent davantage à s’engager sur ce type de crédits avec des seniors.

Autre étape à passer pour les personnes de 50 ans et plus qui souhaitent s’engager dans un investissement immobilier : pouvoir souscrire une assurance de prêt, qui est destinée à prendre en charge le remboursement des mensualités d’un crédit si l’emprunteur décède, est victime d’une perte totale ou irréversible d'autonomie, d’invalidité totale ou partielle, d’incapacité temporaire de travail ou, dans certains cas, s’il perd son emploi. Ces risques, notamment en ce qui concerne la santé, étant plus grands avec l’avancée en âge, il n’est pas toujours facile pour les seniors de trouver et d’adhérer à cette assurance emprunteur.

Pourquoi la souscription d’une assurance de prêt immobilier à plus de 50 ans pose généralement problème ?

Même après 50 ans, les désirs d’acheter sa résidence principale, secondaire ou un bien immobilier pour le louer font toujours partie des projets des seniors.

Si trouver une banque ou un établissement de crédit qui accepte d’accorder un prêt immobilier aux 50 ans et plus n’est pas toujours simple, souscrire une assurance de prêt n’est pas toujours non plus évident pour les seniors.

L’assurance de prêt immobilier, aussi appelée assurance emprunteur, n’est pas obligatoire quand on s’engage dans un crédit, mais elle est vivement conseillée, et même parfois exigée toutefois par l’organisme prêteur. L’assurance de prêt immobilier sert en effet à prendre en charge le remboursement des mensualités d’un crédit si l’emprunteur décède, est victime d’une perte totale ou irréversible d'autonomie, est en invalidité totale ou partielle, en incapacité temporaire de travail ou, dans certains cas, s’il perd son emploi.

Or, la grande majorité des garanties de l’assurance emprunteur ne sont plus mises en œuvre à partir du moment où l’emprunteur dépasse un certain âge. Par exemple, la garantie en cas de perte totale ou irréversible d'autonomie (PTIA) s’applique dans certains contrats seulement jusqu’à un âge limite déterminé dès le départ. Il s’agit le plus souvent de 60, 65 ans ou de l’âge de départ à la retraite de l’emprunteur. C’est la même chose pour la garantie décès, ce qui a pour conséquence que le risque de décès n’est pas obligatoirement couvert jusqu’au terme du prêt immobilier.

Autre exemple : la prise en charge des mensualités d’un prêt immobilier par l’assurance de prêt dans le cas où l’emprunteur perd son emploi suite à un licenciement économique notamment ne fonctionne généralement que jusqu’à 50 ans. Ce qui peut poser d’importants problèmes pour ceux plus âgés qui souhaitent souscrire un crédit immobilier et qui travaillent toujours.

D’autre part, certains contrats d’assurance de prêt prévoit un âge maximum au-delà duquel l’emprunteur ne peut plus recevoir d’indemnités même s’il remplit les conditions normalement requises pour y avoir droit.

Il faut noter aussi que, souvent, des surprimes sont appliquées aux cotisations des emprunteurs de 50 ans et plus qui souscrivent une assurance de prêt, car ils sont davantage exposés à des risques de maladies, d’handicaps, de perte d’autonomie, etc., ce qui augmente au final le coût de leur projet immobilier ou peut, dans certains cas, le freiner totalement.

Dans les cas extrêmes, certains assureurs refusent même tout net d’accorder une assurance de prêt aux plus de 50 ans et rend impossible la souscription d’un crédit immobilier pour ces seniors.

Vers quel type d’assurance de prêt immobilier se tourner à partir de 50 ans ?

Compte tenu de toutes les réserves concernant la mise en œuvre de l’assurance de prêt pour les emprunteurs de 50 ans et plus, il est nécessaire de bien lire les conditions mentionnées dans un tel contrat.

Un emprunteur n’étant pas obligé de souscrire l’assurance de prêt immobilier proposée par sa banque ou son établissement de crédit, il apparaît nécessaire en particulier pour ceux qui sont âgés de 50 ans et plus de comparer les conditions de différentes assurances emprunteurs en contactant plusieurs compagnies d’assurance ou courtiers en assurance qui peuvent proposer des limites d’âge différentes, ou parfois aucune, pour l’application des garanties.

Un emprunteur qui a 50 ans ou plus a donc tout intérêt a bien prendre le temps de se renseigner pour trouver l’assurance de prêt la mieux adaptée, notamment en fonction de son âge. Les assureurs dits « alternatifs » proposent plus souvent en effet des garanties dont les limites d’âge sont plus élevées. En contrepartie, le coût de l’assurance de prêt est généralement plus important aussi.

D’autre part, il est possible de partir de chez l’assureur où l’on a souscrit son assurance emprunteur en cours de son prêt, à tout moment et sans frais, depuis le vote récent de la loi appelée « Pour un accès plus juste, plus simple et plus transparent au marché de l’assurance emprunteur ». C’est ce que l’on appelle la substitution d’assurance emprunteur.

Une bonne solution quand sa situation change notamment avec l’avancée en âge. Mais, pour cela, il faut obtenir l’accord de l’organisme qui vous assure déjà. Celui-ci peut même vérifier que le nouveau contrat d’assurance de prêt correspond bien aux conditions de garanties qu’il vous a appliquées jusqu’à maintenant et s’opposer à cette substitution d’assurance.

À noter : la loi qui autorise de changer d’assurance emprunteur à tout moment prévoit également la suppression de l’obligation pour les assureurs de faire remplir un questionnaire médical aux emprunteurs pour tous les crédits immobiliers qui arrivent à terme avant leurs 60 ans et dont le montant est inférieur à 200 000 euros, montant fixé par personne (et non pas par ménage) qui ont contracté le prêt.

 
 

Comparateur Assurance de Prêt
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : NnQUy3

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires