Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Dossiers Pratiques Immobilier > Locataire > Logement étudiant : faut-il acheter ou louer ? Avantages et inconvénients

Logement étudiant : faut-il acheter ou louer ? Avantages et inconvénients

Logement étudiant : faut-il acheter ou louer ? Avantages et inconvénients

Pour un étudiant, les dépenses liées à son logement représentent une part importante de son budget global : il doit consacrer en moyenne plus de la moitié de ce dernier pour ses frais de loyer et d’autres dépenses engendrées par ce poste de dépenses. S’il loue son logement, comme pour toutes les locations, un étudiant verse un loyer à fonds perdu. Acheter son logement étudiant peut alors représenter une opportunité d’investir, d‘épargner, et de se constituer tôt un patrimoine. Comme chaque année à la rentrée, des milliers d’étudiants doivent trouver à se loger. Alors, quels éléments prendre en compte pour choisir entre louer ou acheter son logement étudiant ?

Choisir d’acheter son logement étudiant

Quand penser à acheter un logement étudiant est préférable que de le louer ? Une question souvent difficile à trancher. Voyons dans quelles situations il est plus avantageux d’acheter son logement étudiant.

L’acte d’achat dépend de la durée de ses études

Selon l’avis d’experts en immobilier, plus un étudiant prévoit de suivre des études longues, surtout dans la même ville, plus il a intérêt d’acheter son logement plutôt que de le louer.

On estime ainsi que si les études durent plus de 4 ans, il est plus intéressant d’investir dans un logement plutôt que de verser des loyers à fonds perdu. Malgré tout, tout dépend du lieu où l’étudiant doit s’installer.

Le lieu des études entre en compte

Même en commençant des études prévues pour durer plus de 4 ans, choisir d’acheter son logement étudiant dépend aussi du lieu où l’étudiant doit s’installer. En effet, certaines villes permettent de rentabiliser l’achat d’un logement plus ou moins vite que d’autres.

Ainsi, un étudiant qui doit s’installer par exemple à Limoges ou à Saint-Étienne peut espérer, s’il investit dans un studio dans ces villes, rentabiliser son achat en moins de 5 ans compte tenu des prix assez bas de l’immobilier qui y sont pratiqués.

À l’inverse, le projet d’achat d’un logement étudiant dans des grandes villes comme Marseille, Montpellier, Rennes ou encore Strasbourg, des villes universitaires où les prix de l’immobilier sont plus élevés, ne peut s’envisager que si l’étudiant reste sur place 7 à 8 ans le temps de ses études pour que cette opération immobilière soit rentable.

D’autre part, l’achat d’un logement étudiant implique aussi de ne pas négliger le niveau de la taxe foncière due par les propriétaires d’un bien, qui varie énormément également selon les communes : certaines affichent des taux jusqu’à 40 % plus élevés que d’autres.

Un engagement de long terme

Acheter un logement, et même pour pouvoir aller suivre des études dans une autre ville que la sienne pendant seulement quelques années, est un véritable engagement de moyen à long terme, généralement d’au moins 15 ans.

Une telle décision suppose en effet généralement de souscrire un prêt immobilier qu’il faut rembourser pendant plusieurs années, quelquefois durant 20 à 25 ans. Pour choisir d’acheter son logement étudiant plutôt que de le louer, il faut alors bien avoir conscience qu’il va falloir faire face aux nombreuses échéances de remboursement à venir.

Il est toujours possible bien sûr de revendre son logement étudiant, mais cette opération demande de l’énergie et du temps, que les étudiants n’ont pas forcément durant leurs études, pour être sûr de faire une bonne affaire à la revente.

Un investissement pour l’avenir

Dans tous les cas, choisir d’acheter son logement étudiant plutôt que d’en louer un représente un investissement pour l’avenir, surtout lorsque l’on peut bénéficier de taux d’intérêt bas pour emprunter.

De plus, une fois ses études terminées, si l’étudiant déménage dans une autre ville, il dispose de la possibilité de revendre le logement qu’il a acheté et de récupérer dans la plupart des cas plus que sa mise de départ. Les logements pour étudiants sont en effet des denrées rares qui prennent forcément de la valeur et qui sont très recherchés par les personnes qui souhaitent se lancer dans l’investissement locatif en particulier.

Louer son logement étudiant : les critères à prendre en compte

Louer son logement est préférable dans certaines villes

Les étudiants qui s’apprêtent à aller faire leurs études dans des grandes villes telles que Paris, Lyon, Bordeaux, Nantes, Nice, ou encore Toulouse, à moins de disposer d’un budget très élevé, doivent plutôt se tourner vers un logement étudiant en location, quelle que soit la durée de leurs études.

Dans ces grandes villes universitaires, les prix de vente de l’immobilier, et même ceux d’une petite surface, sont très hauts et leur tendance est toujours à la hausse. Ainsi, à Paris, un logement se vend actuellement entre 9 000 et 15 000 euros le m2 selon les arrondissements, de 4 000 à 6 000 euros le m2 à Lyon, de près de 4 000 euros à 6 000 euros à Bordeaux, etc. Des prix élevés qui, en plus, augmentent bien plus vite que les loyers.

Des aides financières possibles en louant son logement étudiant

L’un des avantages de louer son logement étudiant plutôt que de l’acheter réside dans le fait qu’il est alors possible de bénéficier d’aides pour financer son loyer, d’autant que les revenus des parents ne sont pas pris en compte pour le calcul des aides au logement attribuées aux étudiants.

Pour toucher ces aides, l’étudiant doit être Français, ou étranger avec un titre de séjour en cours de validité, louer un logement décent, être sans lien de parenté avec le propriétaire, et avoir des ressources inférieures à un certain plafond.

Ainsi, trois types d’aides, qui dépendent de la situation familiale de l’étudiant et de la nature du logement, peuvent être accordées aux étudiants qui louent leur logement, alors que s’ils sont propriétaires, ces dernières ne les concernent pas :

  • l’Allocation de logement à caractère social (ALS), pour les étudiants qui louent un logement seul ou en couple et qui n’ont pas de personnes à charge ;
  • l’Allocation de logement à caractère familial (ALF), pour les étudiants qui louent un logement seul ou en couple et qui ont une ou des personnes à charge ;
  • l’Aide personnalisée au logement (APL), pour les étudiants qui louent un logement seul ou en couple, avec ou sans personne à charge, et dont le logement est conventionné, c’est-à-dire qui fait l'objet d'une convention entre l’État et le propriétaire ouvrant droit à une aide au logement ou à une aide de l'Agence nationale de l'habitat.

Il existe aussi des aides mises en place par certaines villes pour aider certains étudiants à se loger. C’est le cas, par exemple, de la Ville de Paris avec l'Aide à l'installation dans un logement pour les étudiant·e·s (AILE), gérée par le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous), qui s’adresse aux étudiants boursiers qui ont besoin d’être aidés lors de leur installation dans un logement en location dans le parc privé. Une aide dont le montant est compris entre 500 et 1 000 euros.

Changer de logement facilement est possible

Les étudiants ne sont pas toujours certains de rester dans la même ville durant toute la durée de leurs études. Ils peuvent aussi décider de déménager dans un autre logement plus grand ou mieux situé. Dans ces situations, il est nettement plus simple de quitter un logement loué qu’acheté compte tenu des spécificités des baux, en particulier concernant leur durée, dont peuvent bénéficier les étudiants.

Par exemple, le bail d’un logement meublé spécial étudiant est de 9 mois maximum, non renouvelable, avec la possibilité de quitter le logement à tout moment en respectant un préavis d’un mois, contre 3 mois pour les locations classiques. Pour les autres meublés qui bénéficient d’un bail normal, la durée de ce dernier est d’un an renouvelable. Autre cas : le bail mobilité qui s’adresse aux étudiants de l’enseignement supérieur propose une durée de bail courte, d’au minimum 1 mois et de 10 mois maximum, ou encore la location d’une chambre ou d’un appartement dans une résidence universitaire qui est en général d’une durée d’un an. Il est ainsi facile de quitter son logement étudiant.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 7drJTd

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires