Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Assurances & Crédits > Assurance Habitation : simulateur et comparateur gratuit ! > Maison de 120 m2 : combien coûte l'assurance habitation ?

Maison de 120 m2 : combien coûte l'assurance habitation ?

Maison de 120 m2 : combien coûte l'assurance habitation ?

Parmi les assurances et garanties essentielles de la vie en général, aux côtés des mutuelles, des prévoyances et des assurances auto, on trouve l’assurance habitation qui est évidemment primordiale pour garantir tout sinistre causé ou subi.

Un seul dommage peut avoir des répercutions financières sur le long terme et très difficilement absorbables par un habitant non assuré. Mieux vaut miser sur la sécurité. Quel budget faut-il y consacrer pour assurer une maison de 120 m² ? On vous explique sur quels fondements le calcul de la prime d’assurance habitation s’opère.

Présentation de l’assurance habitation

La prime d’assurance habitation est une dépense qui vient s’ajouter à la pile des prélèvements mensuels des ménages. Pourtant, il n’est pas obligatoire d’assurer son bien en tant que propriétaire. Ca l’est en revanche en qualité de locataire ou de copropriétaire. Toutefois, il serait relativement inconscient et irresponsable de ne pas en souscrire une. Pourquoi ? Parce que l’assurance habitation va couvrir une série de frais en cas de dommage subi, et malheureusement, un sinistre est vite arrivé : Incendie, dégât des eaux, gel des canalisations, catastrophe naturelle, cambriolage, vandalisme, bris de glace.

L’assurance habitation couvrira l’ensemble de ces dégâts sur les locaux à usage d’habitation concernés, les clôtures et les murs de soutènement, la quote-part des parties communes en copropriété, les dépendances, les garages, les caves, les aménagements immobiliers et les vérandas si intégrées lors de la souscription. En revanche, elle ne prendra pas en charge les dégâts subis sur les bâtiments en cours de construction, les plantations et les végétaux, les installations d’éclairage ou de loisir, les canalisations extérieures, et les abris de jardin.

Il est également possible de préférer souscrire une multirisque habitation, ce qui est d’ailleurs préférable. Dans ce cas, elle inclura également la responsabilité civile de l’assuré, ce qui permettra de prétendre à une indemnisation des tiers victimes de dommages dont l’assuré serait responsable, et la couverture de la responsabilité civile « vie privée », qui couvre l’assuré et les membres de son foyer en cas de dommage ou de sinistre causé à un tiers. Il pourra s’agir alors de dommage corporel, matériel ou immatériel.

Comment est calculée l’assurance habitation ?

On dit que l’assurance habitation coûte en moyenne entre 2,5 et 3,5 € du m². En réalité, ce chiffre, comme bien souvent lorsqu’une moyenne est établie, ne signifie pas grand-chose. En effet, le calcul de l’assurance habitation dépendra de divers facteurs. D’abord, il faut savoir que chaque assureur décompte son offre assurantielle habitation en 3 parties :

  • La partie « risque », qui est évaluée selon l’historique de sinistralité de ce même type de bien. Ce premier point connaîtra des disparités d’un assureur à l’autre puisqu’il se basera sur l’historique de leur agence d’assurance, chacun ne pouvant s’appuyer sur un historique fiable ;
  • La partie « frais », qui est constituée par l’ensemble des frais de gestion qui couvrira les charges de l’assureur, notamment la rémunération de son personnel et le paiement des loyers de ses locaux d’agences. Là encore, selon qu’il s’agisse d’un assureur en ligne ou en agence physique, et selon la taille de l’agence d’assurance, le prix évoluera ;
  • La partie « bénéfice », plus complexe, qui correspondra à la marge négative que l’assureur accepte de prendre au regard de ses objectifs commerciaux. Par exemple, s’il souhaite attirer davantage de profils séniors, il accordera une décote de la prime d’assurance à ce type de profils.

Sur ces trois critères, on notera déjà des disparités relatives d’un assureur à l’autre. C’est d’ailleurs sur ces critères-là que le client jugera d’une offre attractive ou non. Au-delà de ces facteurs plus aléatoires, d’autres seront relatifs aux caractéristiques du bien et à son environnement. Les voici présentés.

La situation géographique du bien

L’assureur évaluera un risque plus accru en ville qu’en périphérie ou en milieu rural. Les grandes agglomérations verront donc les primes d’assurance habitation augmenter par rapport aux autres zones géographiques. Entendons-nous également quant aux diversités de territoire immobilier : la région parisienne représente un marché totalement hors norme. Le prix du mètre carré à l’achat ou à la location y est bien plus élevé que partout ailleurs en province, les surfaces sont bien plus petites, ce qui fausse totalement les bases de calcul de l’assurance habitation que nous allons développer. La capitale est et restera un marché immobilier hors classe, malheureusement. Chaque région connaît des disparités. La région Provence Alpes Côte d’Azur suit de près les montants exorbitants pratiqués sur la région parisienne. En revanche, la région Bretagne est aujourd’hui encore la moins coûteuse. Notons enfin que les zones les plus exposées aux intempéries et aléas climatiques violents verront leur assurance augmenter. Ca sera le cas des régions côtières et des régions montagneuses.

La surface et l’aménagement du bien

La superficie du bien comptera, mais au-delà de sa surface, il s’agit plutôt des risques pris en conséquence. Le nombre de salles de bain ou de points d’eau par exemple, augmentera les risques de dégâts des eaux, tout comme la présence d’un garage ou d’un enclos fermé pour garer son véhicule minimisera le risque de fracturation, ou encore la présence d’une véranda ou de baies vitrées augmentera malheureusement le risque de fracturation du domicile. La présence de dépendances également, donc de surfaces supplémentaires à assurer, impactera la prime d’assurance.

Le type de logement et d’occupant

Un propriétaire paiera plus cher son assurance habitation qu’un locataire, pour un bien absolument identique. Etrange, vous direz-vous ? En réalité, pas vraiment. Cela s’explique même parfaitement par le principe même de l’assurance. Elle couvre les dommages que pourrait subir ou provoquer le bien, ses équipements et ses habitants. Le locataire n’a pas la même responsabilité que le propriétaire concernant le logement, et ce dernier dispose également d’assurance. De fait, le facteur risque de sollicitation de l’assurance habitation par l’occupant sera moins élevé pour un locataire que pour un propriétaire. Au-delà de ça, la nature même du bien influera sur le prix, l’assurance d’un appartement étant moins élevée que celle d’une maison, à caractéristiques pourtant comparables.

La valeur des biens du logement

La valeur estimée des biens présents dans le logement influencera le montant de la prime d’assurance. C’est pourquoi il faut l’évaluer au plus juste, comprise dans des tranches fixées par l’assureur. La sous estimer fera payer moins cher, mais indemnisera à la baisse également en cas de sinistre. A l’inverse, la surestimer augmentera de façon inutile la prime d’assurance, pour une indemnisation au réel en cas de sinistre. Notons également que la présence d’une alarme ou d’une vidéosurveillance impactera à la baisse le coût de la prime d’assurance habitation.

Les taxes à reverser au Trésor Public

Les produits d’assurance subissent une taxe que l’assureur a en charge de collecter et de reverser au Trésor Public. Il s’agira de la taxe fiscale de 30 %, et de la taxe terrorisme, plus récente, de 5,90 € par contrat d’assurance, pour financer le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions.

Assurance habitation : Quel coût prévoir pour une maison de 120 m² ?

Vous l’aurez compris, il est difficile d’estimer le coût de l’assurance habitation d’une maison de 120 m², tant il dépendra de l’ensemble des facteurs déjà énumérés. En reprenant notre coût moyen national, qui offre une simple estimation « à la louche », on pourra compter a priori aux alentours de 240 à 360 € pour l’année. Notons que les assurances habitation ont fait un bon depuis quelques années, du fait des dérèglements climatiques provoquant chaque année d’importantes inondations, des feux ravageurs, et autres catastrophes climatiques difficilement prévisibles.

Comment économiser sur son assurance habitation ?

Pour s’assurer d’opter pour une assurance qui fixe ses primes dans une fourchette correcte, et correspondant à son besoin pour une parfaite sécurité, il sera bon de comparer les offres, à la souscription bien-sûr, mais également de temps à autres, une fois par an peut-être, pour voir s’il est possible de faire meilleure affaire chez la concurrence. Le secteur des assurances est l’un des plus concurrentiels qu’il soit, connaissant des offres commerciales régulières pour attirer de nouveaux clients. C’est un moyen plutôt simple de faire quelques économies, à condition de bien vouloir y dédier un peu de temps.

Toutefois, ce qui n’en engage que très peu, ce sont les comparateurs en ligne. Accessibles de chez soi, 24/7, de façon gratuite, anonyme, et sans aucune forme d’engagement ni financier ni contractuel, ils proposent un panel des offres du moment selon les critères renseignés de votre bien. Pourquoi s’en priver !

Gare aux franchises !

Une offre d’assurance habitation trop alléchante doit vous intriguer. Si elle n’est pas nécessairement rédhibitoire, il faut en revanche en comprendre la cause. Si la compagnie d’assurance propose ses services uniquement par le biais d’internet, sans agence physique, cela peut expliquer une prime plus basse que la concurrence. Dans ce cas, c’est le futur assuré qui fera son choix selon ses attentes en termes de proximité avec son assureur.

En revanche, certaines assurances sont anormalement basses, et ce parce qu’elles fixent des franchises extrêmement élevées. Les franchises sont classiques et habituelles, mais leur montant peut varier du simple au double. En fixant des franchises à un plafond élevé, l’assurance ne prend qu’un risque mesuré, et proposera des offres souvent attractives. Encore une fois, ce ne sont pas nécessairement de mauvaises offres, certains occupants de logements neufs au sein de résidence sous vidéosurveillance par exemple, peuvent préférer payer moins cher d’assurance, quitte à risquer des franchises très onéreuses.

 
 

Comparateur Assurance Habitation
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : cdZCSH

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires