Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Crédit Immobilier : simulateur et comparateur gratuit ! > Demande de prêt immobilier : astuces et erreurs à éviter

Demande de prêt immobilier : astuces et erreurs à éviter

Demande de prêt immobilier : astuces et erreurs à éviter

Vous souhaitez acheter une maison ou faire construire et vous avez besoin pour cela de souscrire un crédit immobilier. Pour ce faire, vous pouvez vous tourner vers votre banque qui peut vous renseigner sur vos capacités financières et vous proposer éventuellement une offre de prêt. Toutefois, inutile de vous précipiter ; mieux vaut se donner toutes les chances de trouver le bon crédit immobilier. Voici nos conseils et astuces pour éviter certaines erreurs !

Erreur n°1 : ne pas connaître le marché et les taux d’intérêt du crédit immobilier

Avant de se lancer, il est préférable de se renseigner un minimum sur la tendance du marché de l’immobilier et des taux d’emprunts. Si ceux-ci sont en fluctuation permanente, il faut savoir que les taux d’intérêt des prêts immobiliers ne cessent de se réduire chaque année depuis 2013 environ. C’est donc le bon moment de se lancer ! Toutefois, on n’agit pas les yeux fermés, car toutes les banques ou organismes de prêts ne proposent pas des offres intéressantes.

Le taux d’intérêt à lui seul ne suffit pas à faire d’un emprunt un produit avantageux. Il faut également tenir compte du taux réel ou du TEG, le taux effectif global. Ce taux tient compte du taux d’intérêt et des frais annexes. Or, il fait savoir que ces frais annexes peuvent être particulièrement élevés au sein de certaines banques, notamment parce qu’ils englobent l’assurance du prêt immobilier.

Ainsi, un crédit peut être plus intéressant auprès d’un organisme de prêt qui propose un emprunt à taux d’intérêt plus élevé, mais à faibles coûts annexes, plutôt qu’un crédit à taux bas, mais à coûts annexes nettement supérieurs. Soyez donc vigilants et étudiez bien toutes les offres de prêt avant de vous engager !

À noter que l’assurance de prêt ne doit pas être obligatoirement souscrite auprès de la banque qui vous propose le crédit immobilier. Vous êtes libre de vous tourner vers l’organisme de votre choix, malgré le fait que certains banquiers prétendent le contraire. Renseignez-vous bien, car les banques qui proposent de faibles taux d’intérêt ont tendance à se rattraper sur le montant de l’assurance de crédit. Il n’est pas rare de réussir à le diviser par deux en se tournant vers des professionnels de l’assurance, voire votre assureur habituel (de logement, voiture, etc.).

Erreur n°2 : ne pas faire jouer la concurrence

La plupart des futurs propriétaires se tournent vers leur banque en premier lieu pour se voir accorder un crédit immobilier. C’est une démarche logique et simple, notamment pour mieux cerner ses capacités financières et connaître le montant global de prêt auquel il est possible de prétendre. Mais il serait dommage de s’arrêter là !

Faites jouer la concurrence en démarchant plusieurs banques et établissements financiers. Appuyez-vous sur les autres offres pour négocier un taux d’intérêt plus intéressant avec votre banque ou auprès d’un organisme de prêt qui vous aura séduit. En effet, si votre banque vous considère comme un client acquis, elle fera peu d’efforts pour vous satisfaire. Faites pression en vous appuyant sur d’autres offres pour mieux négocier, ce sont des milliers d’euros que vous pouvez gagner !

Pour vous éviter ces très longues démarches de recherche, vous pouvez faire appel à un courtier en crédit immobilier. Ces professionnels ont pour mission d’établir votre profil et de vous constituer un dossier solide en vue de vous obtenir le meilleur crédit. Riches d’un réseau dense, ils savent vers quels établissements se tourner selon le marché actuel et votre projet afin de vous obtenir satisfaction. Totalement indépendants, ils travaillent pour leurs clients. D’ailleurs, ils ne sont rémunérés que s’ils réussissent à remplir leur mission. Certains courtiers sont même gratuits et ne perçoivent qu’une commission de la part de la banque qui fera affaire avec ses clients.

À noter toutefois que le courtier ne pourra démarcher votre banque si vous avez déjà entrepris des démarches en vue d’obtenir une offre de crédit. Toute proposition ne peut être renégociée. Laissez donc faire le courtier qui pourra se charger à votre place de démarcher votre banque et ses concurrents tout en négociant à votre avantage.

Erreur n°3 : ne pas tenir compte des aides !

Il existe des aides qui permettent à un futur acquéreur de réduire le montant de son emprunt immobilier. Il est donc important de ne pas les oublier !

  • Les aides de l’État sous forme de prêts aidés sont avantageux. Le prêt à taux zéro (PTZ) est un exemple et permet de favoriser l’accès à la propriété. Il peut représenter jusqu’à 40 % de votre crédit immobilier !
  • Les aides patronales sont accordées par certaines entreprises et par la fonction publique.

Erreur n°4 : ne pas vérifier les modalités de remboursement du prêt

Il existe plusieurs types de crédits immobiliers. Il faut garder en tête que lorsque vous souscrivez votre emprunt, vous vous engagez pour une très longue durée. Or, si le montant des mensualités de remboursement fixé peut être réglé dans la situation présente, qu’en sera-t-il de demain ? Face aux aléas de la vie, impossible de savoir si vous serez encore capable de ls rembourser dans quelques années. De même, si vous disposez un jour d’un apport conséquent (héritage, prime, etc.), vous pouvez avoir envie de solder votre prêt plus tôt ou de réduire vos futures mensualités. Préférez donc souscrire un crédit avec option d’échéances modulables qui vous permettra de modifier le montant des mensualités en fonction de vos capacités.

En revanche, soyez vigilant sur ce point, car certaines banques vous demanderont de payer des intérêts de remboursement anticipé ou de renégociation.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : wF4VhL

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires