Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Assurances & Crédits > Assurance Habitation : simulateur et comparateur gratuit ! > Pourquoi l'assurance habitation est continuellement en hausse ?

Pourquoi l'assurance habitation est continuellement en hausse ?

Pourquoi l'assurance habitation est continuellement en hausse ?

Selon les derniers chiffres publiés par France Assureurs (la Fédération des assureurs de France), la hausse des cotisations d’assurance habitation a été de 3,2 % entre 2019 et 2020.

Une tendance qui confirme les augmentations continues des années précédentes (+ 33 % depuis 2010 selon le comparateur d’assurances, assurland.com) dues notamment aux hausses d’éléments qui entrent dans le calcul de ces cotisations et dont les montants sont fixés réglementairement par les pouvoirs publics notamment. Mais l’augmentation constante de l’assurance habitation trouve aussi son origine dans la survenue de phénomènes non contrôlables de plus en plus fréquents, comme par exemple la récente crise sanitaire ou encore les catastrophes naturelles qui se multiplient en raison en particulier du réchauffement climatique. En conséquence, les assureurs doivent prendre en charge des sinistres de plus en plus chers et importants en l’occurrence qui touchent les habitations.

Les éléments qui font varier de manière normale le niveau des cotisations d’assurance habitation

Souscrire une assurance habitation, aussi appelée assurance multirisques habitation (MRH), sert à protéger son logement et les biens qu’il abrite en cas de dommages causés par des événements tels qu’un incendie, un dégât des eaux, un vol, etc., et bien d’autres préjudices selon le niveau des garanties de son assurance. L’assurance habitation comporte aussi un volet qui couvre les habitants du logement s’ils causent des dommages à d’autres personnes.

Tous les locataires d’un logement sont dans l’obligation de souscrire une assurance habitation. Ce n’est pas le cas des propriétaires de leur habitation, même si dans les faits la grande majorité d’entre eux se couvrent de la sorte pour éviter notamment de devoir payer des réparations onéreuses en cas de dommages.

Les éléments pris en compte dans le calcul d’une cotisation d’assurance habitation

Chaque assureur fixe librement le montant des cotisations (aussi appelées primes) dues pour être couvert par une assurance habitation. Ces cotisations sont calculées néanmoins par rapport aux risques présentés par l’assuré au moment de la souscription de son contrat.

Ainsi, le calcul de la cotisation d’assurance habitation, réglée une fois par an, mensuellement, trimestriellement ou semestriellement par l’assuré, prend en compte divers éléments qui définissent le risque pris par l’assureur. Il s’agit le plus souvent du lieu de résidence, de la valeur du logement et des biens qu’il comporte, sa superficie, et le statut de l’assuré (locataire ou propriétaire).

Le montant des primes d’assurance habitation dépend aussi des franchises prévues dans le contrat, c’est-à-dire les sommes non remboursées par l’assurance en cas de sinistre et qui restent donc à la charge de l’assuré. En principe, comme l’indique le ministère de l’Économie, « plus le montant de la cotisation est bas et plus le montant des franchises est élevé ».

Une partie des cotisations assurance habitation est composée de taxes qui reviennent à l’État, ce que l’on appelle les taxes sur les produits d’assurances, et qui sont reversées par les assureurs au Trésor public. Il s’agit en particulier d’une taxe fiscale de 30 % appliquée aux garanties assurances habitation incendie des particuliers et d’une « taxe terrorisme » de 5,90 euros prélevée sur chaque contrat d’assurance pour financer le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions.

Les pourcentages appliqués pour calculer ces taxes fiscales, et d’autres contributions spécifiques, sont fixés d’une manière réglementaire et ils peuvent donc évoluer « au gré de nouvelles dispositions réglementaires ou légales », comme le souligne France Assureurs (ex-Fédération Française de l’Assurance), la Fédération des entreprises d’assurance en activité en France, sans que les assureurs, et donc leurs clients, puissent déroger à des hausses.

D’autre part, à condition que le contrat d’assurance habitation contienne une clause de révision, les assureurs peuvent tout à fait augmenter les cotisations chaque année. C’est pourquoi notamment une partie des assurés constatent une hausse de leurs primes d’assurance habitation tous les ans.

Enfin, certains contrats d’assurance habitation sont indexés à un indice, en l’occurrence l'indice de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) mis à jour tous les trimestres, qui reflète le prix des biens immobiliers, et qui est calculé plus précisément à partir du prix de revient d’un immeuble de rapport de type courant à Paris, c’est-à-dire qu’il prend en compte l’évolution des prix liés au secteur immobilier (des matériaux, de la main d’œuvre, des taxes, etc.). Cet indice donne donc des indications sur la valeur des biens à assurer et permet de réajuster automatiquement le montant des cotisations d’assurance habitation et des garanties couvertes en fonction de l’évolution des prix sur lesquels il est basé.

Or, l’indice FFB augmente régulièrement, avec pour conséquence une hausse des primes d’assurance habitation pour les assurés.

Les éléments exceptionnels à l’origine de la hausse continue de l’assurance habitation

Si l’assurance habitation connaît une hausse continuelle, c’est aussi parce que le montant des primes est très sensible aux événements exceptionnels qui entraînent l’obligation de couvrir davantage de risques de la part des assureurs, et de devoir ainsi faire face à des montants d’indemnisations de plus en plus importants, qui peuvent même dépasser ceux des cotisations perçues dans certains cas.

La pandémie liée à la Covid-19, et les différents confinements imposés par les pouvoirs publics, ont ainsi fortement pesé en 2020 en matière de nombre de sinistres survenus à l’intérieur des logements des Français à couvrir par les assurances. Cette crise sanitaire a également fait augmenter l’indice FFB sur lequel certains contrats d’assurance habitation sont indexés, en raison notamment de la montée des prix des matériaux de construction utilisés dans le secteur de l’immobilier qui ont un impact importants en cas de sinistres et de réparations ou de reconstructions nécessaires.

Le réchauffement climatique à l’œuvre compte pour beaucoup également dans le constat d’une hausse continue de l’assurance habitation. Et cette tendance va s’accentuer dans les années à venir. Des études estiment même que les primes d’assurance habitation pourraient être multipliées par près de 2,5 d’ici 2040.

La fréquence de plus en plus élevée de catastrophes naturelles (tornades, tempêtes, inondations, sécheresses, etc.), causées par ce réchauffement, représente en effet un coût important en termes de sinistres à prendre en charge pour les assureurs qui, en conséquence, répercutent ces coûts en augmentant les cotisations notamment des contrats d’assurance habitation.

 
 

Comparateur Assurance Habitation
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 6HcmKy

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires