Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Dossiers Pratiques Immobilier > Combien gagne un agent immobilier ?

Combien gagne un agent immobilier ?

Combien gagne un agent immobilier ?

Le métier d'agent immobilier consiste à gérer des transactions de vente, d'achat ou de location de biens immobiliers ou de fonds de commerce, et de gérer les relations entre un loueur ou un vendeur et les personnes intéressées par de telles transactions immobilières. C'est pourquoi ce professionnel doit être au fait des réglementations et des textes juridiques en matière légale, fiscale, environnementale, etc. Un agent immobilier peut être salarié d'une agence, par exemple, ou exercer son activité en tant qu'indépendant. En raison de ces deux statuts possibles, la rémunération d'un agent immobilier peut beaucoup varier. Si elle est toujours constituée de commissions, ce que gagne un agent immobilier salarié, par exemple, est aussi composé d'un salaire fixe. Selon les données publiées par l'Insee, le salaire mensuel net moyen dans le secteur des activités immobilières est de 2 650 euros. Mais la rémunération d'un agent immobilier peut être inférieure ou bien supérieure car elle dépend de nombreux critères.

La rémunération d'un agent immobilier salarié

Un agent immobilier peut être salarié d'une agence, ce qui est le plus souvent le cas en début de carrière, ou avoir le statut d'indépendant. La rémunération de ce professionnel dépend justement de son statut et de son expérience, mais aussi du secteur précis dans lequel il évolue. Une agence immobilière bien implantée dans une ville ou spécialisée dans un secteur d'activité prospère et/ou qui dispose d'un bon réseau de clientèle distribuera forcément des salaires et des commissions plus élevées.

Un agent immobilier salarié exerce donc son métier dans la majorité des cas dans une agence immobilière. Dans cette situation, ce professionnel perçoit un salaire fixe et une partie variable qui correspond à un pourcentage (variable entre 20 % et 40 % selon les agences immobilières) des frais d'agence prélevés sur chaque transaction immobilière qu'il mène à bien. Son salaire fixe, comme nous le verrons ci-dessous, est au minimum égal à des montants définis par la Convention Collective Nationale de l’Immobilier.

Ce que touche au minimum un agent immobilier salarié

Comme de nombreux secteurs d'activité économique, celui de l'immobilier dispose d'une convention collective, c'est-à-dire un document écrit qui traite de tout ce qui concerne le droit du travail au sein d’un secteur professionnel précis et qui s’applique à ses salariés. Conclue au sein de chaque branche professionnelle par les organisations syndicales des salariés et les représentants des employeurs, une convention collective constitue une référence en matière de négociation collective et permet la plupart du temps d’avantager les salariés par rapport aux règles de base définies par le Code du travail.

À l'instar des autres conventions collectives, la Convention Collective Nationale de l’Immobilier détermine notamment les salaires annuels brut minimum que touchent les agents immobiliers salariés.

Selon les dernières données de cette convention, ces minimum sont, sur 13 mois et hors prime d'ancienneté, d'un montant de :

  • 21 393 à 22 445 euros brut par an pour les agents immobiliers salariés de la catégorie "employé" (soit au minimum 1 646 euros brut par mois) ;
  • 22 661 à 24 218 euros brut par an pour les agents immobiliers salariés appartenant à la catégorie "agent de maîtrise" (au minimum 1 743 euros brut mensuels) ;
  • 25 798 à 45 346 euros brut par an pour les agents immobiliers salariés de la catégorie "cadre" (au minimum 1 984 euros brut par mois).

Les agents immobiliers salariés cadres sont ainsi payés au minimum 2 fois plus que les agents immobiliers de la catégorie professionnelle des employés dont les salaires sont les plus bas de la profession.

Dans la pratique, on estime qu'un agent immobilier en début de carrière gagne en moyenne un salaire de 1 500 euros brut par mois, auquel s'ajoutent des commissions. Au final, un agent immobilier salarié débutant peut donc ainsi compter sur une rémunération qui peut aller jusqu'à 3 000 euros brut par mois. Avec l'ancienneté, cette dernière peut atteindre entre 4 000 et 6 000 euros mensuels.

La rémunération d'un agent immobilier indépendant

Par définition, un agent immobilier indépendant travaille pour son propre compte. Il est souvent à la tête d'une agence immobilière, mais il peut aussi travailler pour de grands groupes immobiliers.

Comme la majorité des travailleurs indépendants, il ne perçoit pas de salaire fixe mais se rémunère grâce à des commissions, c'est-à-dire des honoraires exprimés en pourcentage qu'il prélève sur chaque transaction immobilière qu'il conclut et basés le plus souvent sur le montant du bien concerné par une vente ou une location.

Lors d'une transaction immobilière qui concerne une vente ou la location d'un logement ou d'un commerce, l'agent immobilier perçoit une commission seulement s'il réussit à finaliser ce type de transaction. Cette commission est proportionnelle au prix du bien ainsi vendu ou loué. En général, elle est comprise entre 3 % et 7 % de la valeur du bien.

Lorsqu'un agent immobilier indépendant sert d'intermédiaire entre un bailleur et un locataire, ses honoraires, dus le jour de la signature du bail, sont normalement facturés au bailleur, hormis ceux liés à la visite du bien, à la constitution du dossier, à la rédaction du bail et à l'état des lieux qui peuvent être partagés entre le bailleur et le locataire. Dans ce cas, la part due par le locataire est réglementée, c'est-à-dire qu'elle ne peut pas être supérieure à certains plafonds : entre 8 et 12 euros TTC par mètre carré selon la zone où est situé le logement.

En conséquence, plus le montant des transactions d'un agent immobilier indépendant est élevé, et plus le nombre des transactions réalisées est important, plus sa rémunération est haute. En France, ce que gagne en moyenne par mois un agent immobilier indépendant est estimé à près de 6 800 euros. Mais ce montant varie notamment aussi en fonction des villes où ce professionnel exerce son métier et du dynamisme du marché immobilier.

Certains grands groupes du secteur immobilier peuvent ainsi verser aux agents immobiliers indépendants qui travaillent pour eux plus de 60 % de la valeur des transactions immobilières qu'ils réalisent, beaucoup plus en général que ce que touche un agent immobilier salarié en termes de commissions.

Agent immobilier indépendant : une profession réglementée

La profession d'agent immobilier indépendant, c'est-à-dire qui travaille pour son compte, est règlementée par la loi Hoguet du 2 juillet 1970 et un décret du 20 juillet 1972. En vertu de la loi, ces agents immobiliers, qui souhaitent notamment ouvrir une agence immobilière, doivent obligatoirement détenir une carte professionnelle. Cette dernière, qui comporte un numéro et le lieu où elle a été émise, leur est délivrée sur demande par la Chambre de commerce et d'industrie pour une durée de 3 ans, et concerne différentes activités du secteur immobilier : transactions sur immeubles et fonds de commerce, gestion immobilière, syndic de copropriété et marchands de listes (professionnel de l'immobilier dont l'activité consiste à proposer des listes ou des fichiers de logements à louer ou à vendre). Pour renouveler leur carte professionnelle, les agents immobiliers doivent obligatoirement suivre une formation d'une durée de 42 heures sur 3 années consécutives.

Les mentions portées sur la carte professionnelle des agents immobiliers indépendants doivent apparaître sur tous les documents qu'ils élaborent et diffusent (contrats de vente ou de location, lettres aux clients, etc.).

En tant que profession réglementée, les agents immobiliers sont aussi tenus de souscrire une garantie financière d'au minimum 110 000 euros s'ils sont amenés à percevoir des fonds pour le compte de tiers (locataires, propriétaires, mandants, etc.).

De la même manière, un agent immobilier qui veut ouvrir une agence immobilière doit souscrire une assurance responsabilité professionnelle (RCP) qui le couvre des risques liés à l’exercice de sa profession (dommages corporels, matériels et immatériels). Il faut noter que ce professionnel engage sa responsabilité, notamment pénale, lors de la rédaction d'actes tels que des compromis de vente, des procès-verbaux, s'il omet de fournir certains diagnostics immobiliers lors d'une vente, etc.

Enfin, pour exercer son métier, un agent immobilier indépendant doit justifier de certains diplômes (souvent au minimum de bac + 2) ou d'une expérience solide en matière de transactions immobilières. Il ne peut pas, non plus, être concerné par une incapacité ou une interdiction d’exercer la profession.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : xEjXrv

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires