Vous êtes ici : Les conseils du Mag de l'Immobilier > Investissement Immobilier > Acheter un bien immobilier > Investir dans l'immobilier en étant locataire : quelle stratégie ?

Investir dans l'immobilier en étant locataire : quelle stratégie ?

Investir dans l'immobilier en étant locataire : quelle stratégie ?

L’investissement locatif est une stratégie patrimoniale qui ne requiert en aucun cas d’être propriétaire de sa résidence principale. Que ce soit par choix de vie, par nomadisme ou toute autre raison, vous pouvez investir dans l’immobilier en restant locataire. Mais quelles sont les différentes stratégies qui s’offrent à vous ? On fait le tour de la question dans ce dossier !

Comprendre le mécanisme de l’investissement locatif

En choisissant de diversifier ou créer votre patrimoine grâce à l’immobilier, l’investissement locatif vient immédiatement à l’esprit. En achetant dans la pierre physique ou même la pierre dite papier, vous détenez une valeur immobilière qui ne perd pas ou peu de valeur dans le temps, à condition de l’entretenir et de bien la gérer, naturellement.

Pour que la banque finance votre projet d’investissement locatif, il est nécessaire que votre taux d’endettement ne dépasse pas 33 %. Or, le taux d’endettement est calculé en fonction du montant de vos crédits. Très souvent, une personne propriétaire de sa résidence principale rembourse déjà des échéances d’emprunt et se retrouve donc limitée pour investir dans l’immobilier en raison de son taux d’endettement.

Au contraire, une personne locataire part avec un taux d’endettement bien plus faible, ce qui lui permet de faire une première acquisition en vue de créer son parc immobilier et percevoir des loyers réguliers. Prenons le cas d’Alexandre, célibataire de 30 ans, gagnant 3 000 euros par mois et habitant un T2 qu’il loue 700 euros par mois.

Alexandre envisage d’acheter un studio d’une valeur de 90 000 euros pour le louer 600 euros par mois. Pour cela, il va faire un crédit de 100 000 euros frais de notaire compris sur 20 ans. Les mensualités de son prêt immobilier s’élèvent alors à 500 euros et son taux d’endettement n’est que de

En effet, la banque va calculer son taux d’endettement en retenant le montant de son loyer, soit 700 euros, et environ 30 % du montant de son crédit lié à l’investissement locatif, soit 150 euros. L’établissement financier considère que les 70 % restants sont couverts par les entrées régulières de loyer.

Ainsi, avec 850 euros de charges retenues, son taux d’endettement n’est que de 28 %. Il pourra même revenir quelques mois ou années plus tard pour solliciter le même type d’investissement locatif, puisque 1 000 euros de charges l’amèneront au taux d’endettement de 33 %, soit une tension tout à fait tolérable pour la banque, d’autant plus qu’elle peut prendre des garanties sur les biens immobiliers achetés.

Quel investissement immobilier choisir en restant locataire ?

Pierre physique ou pierre papier, ces deux types de dispositifs vous permettent d’investir dans l’immobilier. Votre choix se fera en fonction de vos envies, mais également des avantages fiscaux de part et d’autre. Ils peuvent donc évoluer dans le temps, l’idéal étant, si possible, la diversification de son portefeuille d’actifs.

La pierre physique

Une multitude d’investissements différents s’ouvre à vous, la clé du succès étant de bien choisir son bien immobilier en étant purement objectif. En effet, il ne s’agit pas de fonctionner au coup de cœur, mais d’estimer deux aspects incontournables :

  • Le potentiel locatif
  • Le rendement locatif

En effet, pour que votre bien immobilier vous rapporte, il faut pouvoir le louer toute l’année sans subir de période de vacance locative, et il faut également que le montant des loyers soit plus important que le montant des échéances de prêt et des réparations locatives.

Les garages, box et parkings

C’est un investissement souvent négligé, et pourtant il offre une alternative de choix pour se lancer dans l’investissement locatif. Voyez plutôt les avantages d’un tel bien immobilier :

  • Faible coût à l’achat
  • Entretien très limité
  • Peu de gestion administrative

L’immobilier ancien

Appartement, immeuble, maison, à vous de voir en fonction des opportunités que vous trouverez. Bien que le schéma le plus souvent retenu soit cela du studio ou du logement 2 pièces dans une ville attractive, ce n’est pas le seul modèle qui vaille.

Bien souvent, s’entourer d’artisans qualifiés ou faire soi-même les travaux de remise en état d’un bien immobilier ancien peut permettre d’augmenter considérablement sa valeur. Il convient d’être vigilant avant de se lancer en estimant la rentabilité locative au plus près de la réalité. Attention également au montant de la taxe foncière, renseignez-vous en mairie avant tout investissement.

La défiscalisation dans les biens immobiliers neufs

Loi Pinel ou statut LMNP Loueur en Meublé Non Professionnel sont sans doute des dispositifs dont vous avez déjà entendu parler. Vous pourrez choisir parmi les nombreux programmes immobiliers proposés dans toute la France :

  • Un bien immobilier neuf en loi Pinel avec réduction d’impôt pour engagement de location
  • Un bien immobilier neuf et loué impérativement meublé dans une résidence de services en contrepartie d’avantages fiscaux

Là non plus, il n’existe pas de bien immobilier défiscalisant idéal, il faudra soigneusement étudier chaque point du contrat de vente ou du contrat de gestion pour faire le meilleur investissement possible.

La pierre papier avec les SCPI

Les SCPI Sociétés Civiles de Placement Immobilier gèrent un parc immobilier composé de nombreux appartements, immeubles, locaux commerciaux ou industriels, bureaux, etc. Le nombre de biens possédés par la SCPI permet de diluer fortement le risque concernant les non-paiements, et d’espérer raisonnablement un rendement de l’ordre de 4 à 6 %.

L’achat direct de parts de SCPI

L’investissement direct en achetant des parts de SCPI fait de vous le titulaire d’un titre de propriété, vous devenez associé de la SCPI et percevez des loyers trimestriels mais également d’éventuelles plus-values immobilières.

Pour investir en SCPI, il vous faudra un apport minimal de 5 000 à 10 000 euros. Mais il faudra également choisir avec le plus grand soin la société gestionnaire à qui appartient le parc immobilier. Elle est chargé de l’achat et de la vente des biens, mais également de leur entretien, de la gestion administrative, du recouvrement des loyers, du paiement des impôts, etc.

L’achat de parts de SCPI via l’assurance-vie

Détenir des parts de SCPI au sein de son assurance-vie est aujourd’hui possible dans de nombreux contrats développés par les assureurs. Attention cependant, vous ne serez pas propriétaire des titres, puisque c’est votre assureur qui les achète.

Cependant, cette solution permet d’investir dans l’immobilier à moindres frais (quelques centaines d’euros suffisent) et de diversifier son portefeuille avec une prise de risque limitée. Les rendements des SCPI affichant la plupart du temps des taux plus attractifs que les rendements des fonds euros.

En définitive, le choix de l’investisseur dépendra de ses besoins en matière de réduction d’impôt, mais également de son profil gestionnaire, actif ou passif. Les entrepreneurs se dirigeront plus volontiers dans la pierre physique que les rentiers, qui lui préféreront généralement la pierre papier. Dans tous les cas, investir dans l’immobilier en étant locataire, c’est possible, et même recommandé !

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : QzLZ6f

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires